l'info en continu

Marche UDPS : la commission Défense et sécurité de l’assemblée nationale déplore « l’appel à la distribution et à l’usage des armes par certaines formations politiques »

- Publicité-

Dans une déclaration faite par la commission Défense et sécurité de l’Assemblée nationale, ce vendredi 10 juillet, signée par Jaynet Kabila, sa présidente et Sedea Ngamo Zabusu, son rapporteur adjoint, en rapport avec les manifestations anti-ronsard qui ont eu lieu ce jeudi 09 juillet 2020, elle déplore « l’appel à la distribution et à l’usage des armes par certaines formations politiques ».

Elle appelle la justice à se saisir de tous les cas infractionnels. D’en établir les responsabilités et d’ordonner les poursuites.

- Publicité-

La commission pilotée par Jaynet Kabila, soeur jumelle de l’ancien président Joseph Kabila, appelle à tous les congolais à la sauvegarde de l’unité et de la cohésion nationale chèrement acquises.

La commission défense et sécurité note plusieurs actes anti-patrie au cours de ces manifestations dont les attaques de résidence et biens privés, l’exacerbation de la xénophobie et du sentiment tribal, l’atteinte à la pudeur, la mort des congolais et autres.

Pour cette commission, cela est une pure distraction alors que le pays fait face à plusieurs défis sécuritaires notamment à Djugu et Mahagi en Ituri, à Goma, Lubero et Beni dans le Nord-Kivu et tant d’autres.

C’est pourquoi, elle condamne les actes de lapidation à l’endroit des hommes en uniforme, des tueries, les actes de barbarie et vandalisme.

Elle demande au Gouvernement d’assurer la paix sociale, l’ordre public et la protection des personnes et de leurs biens.

Enfin, elle demande au Gouvernement de faire respecter la loi portant organisation et fonctionnement des partis politiques.

Thierry Mfundu

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. La RDC a les meilleures lois possibles, malheureusement sont inutiles ; comment a parti politique ou mouvement associatif peut organiser une marche en violation de la loi sans être interpellé ?
    Le chef de l’État décrète un état d’urgence sanitaire son propre parti le foule au pieds,…
    Des villes entières sous l’emprise des casseurs et le Chef de l’État se démène matin midi soir pour convaincre les investisseurs devenir jeter leurs capitaux ? Je pense nous devons être sérieux et faire respecter la loi, l’État de droit n’est se limite pas à parler des détournements de deniers publics plutôt la vie communautaire d’une manière générale.
    Sans cela, nous allons vers un désordre au nom de la liberté acquise par rapport au régime passé et alors interroge l’histoire pour les belges recouraient parfois au système de la chicote et de la carotte.
    La chanson en vogue pendant les marches à Kinshasa englobe tout : Boma député tika policiers ; malheureusement encore tout le monde trouve cette déviation terrible normale alors que demain aucune institution ne sera épargnée par cette barbarie qui s’installe.
    L’État de droit se faire appliquer aussi la loi sur les partis politiques chacun doit répondre de ses actes.

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :