lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 12:59 12 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 12:59 12 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 12:59 12 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 12:59 12 h 59 min

l'info en continu

Avènement de la TNT: L’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo sonne le glas des chaines analogiques à la bande VHF à Kinshasa

- Publicité-

Dans une correspondance du 1er juillet 2020, adressée au ministre d’État et ministre de la Communication et médias par le président de l’Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo, ARPTC,  » l’Autorité de régulation marque son accord pour fixer le délai butoir au 2 Juillet 2020, comme la nouvelle date fixée par la commission ad hoc mise en place par votre autorité, pour l’arrêt des émissions analogiques des stations de Radiodiffusion et de Télévision dans la bande VHF sur l’ensemble de la Ville province de Kinshasa « .

Ce qui veut dire qu’à partir du 2 Juillet 2020, les stations de Radiodiffusion televisuelle dans la bande VHF ne pourront plus émettre sur l’ensemble de la ville province de Kinshasa.

- Publicité-

Seules les chaines TNT seront captées dans la capitale à la lumière de cette décision.

Le ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement congolais de l’époque, Lambert Mende, avait annoncé le retrait, à partir du 17 juin 2015, de toutes les fréquences analogiques octroyées aux chaînes de télévision.

La migration vers la télévision numérique terrestre -TNT- de la bande UHF en République Démocratique du Congo est devenue effective depuis le 30 avril 2018 avec quelques télévisions émettant à partir de Kinshasa.

Une nouvelle date butoir avait été fixée au mois de décembre 2019 à Kinshasa et en décembre 2020 dans les provinces.

Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion présidée par la direction de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC) le lundi 29 avril.

Le conseiller de la présidence de la République en PTNTIC, les responsables de RENATELSAT, TELECONSULT, le comité national de migration vers la TNT, et l’Association nationale des entreprises privées de l’audiovisuel avaient participé à cette réunion.

Pour le RENATELSAT, cette migration constitue une étape majeure pour la RDC qui doit bénéficier des avantages de la TNT, entre autres, la meilleure qualité d’image ou la diffusion des programmes en haute définition.

Malheureusement, cette décision n’avait pas été appliquée suite à plusieurs contraintes.

Rappelons que l’avènement de la TNT est souhaitée par les États pour plusieurs raisons. Outre le gain en termes de qualité des images et de nombre de chaînes, elle doit assurer une meilleure couverture géographique et des tarifs plus attractifs, autrement dit, une démocratisation de la télévision. Par ricochet, elle devrait également encourager la naissance de chaînes et programmes locaux venant concurrencer les productions étrangères qui dominent aujourd’hui l’offre satellitaire.

Dernier atout, et non des moindres, le réseau TNT peut être utilisé comme un outil de développement : il permet de transmettre des données sur l’ensemble du territoire national avec une rapidité que les réseaux télécoms n’offriront pas avant de nombreuses années, facilitant l’instauration des services de e-gouvernance, e-santé ou des cours et formations en ligne.

Si la télévision numérique terrestre offre ces avantages, c’est parce qu’elle constitue une avancée technologique.

Explication : pour fonctionner, la diffusion analogique utilise les fréquences comprises entre 470 et 862 MHz. La TNT, elle, est beaucoup plus économique, n’occupant la bande qu’entre 470 et 703 MHz.

Ce qui libère des fréquences (entre 703 et 862 MHz) pouvant être revendues par les États, notamment aux opérateurs télécoms pour développer le réseau mobile. « La vente des fréquences aux télécoms rapportera dix fois le coût de l’installation de la TNT, même s’il y a un décalage dans le temps », estime Pascal Veillat, le PDG du groupe français Arelis, spécialiste du secteur sur Afrique Magazine.

Si la bataille pour la mise en place de la télévision numérique terrestre est sans conteste engagée, de nombreuses questions restent toutefois encore à résoudre.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU

JM Kabund s’incline et approuve la candidature de P. Nseya au poste de 1er VP de l’Assemblée nationale

Destitué le 25 mai 2020 de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale, à la suite d’une pétition initiée par le...

Le mini-sommet des Chefs d’Etat de la région des Grands-Lacs reporté sine die

Le mini-sommet des Chefs d’Etat de la région des Grands-Lacs qui devait se tenir dans la ville de Goma, chef-lieu de la...

Le PPRD s’insurge contre la diffusion d’un message de l’UDPS diffusé à la télévision publique

"Nous dénonçons cette mauvaise pente. Les communiqués du Premier Ministre, Chef du gouvernement, sont parfois censurés à la chaîne de télévision publique!...

Mis sur pied d’un cadre de concertation qui permettra de passer en revue toutes les situations du tourisme à Kinshasa

Le Ministre du Tourisme YVES BUNKULU ZOLA et Ministre provincial de l'environnement de Kinshasa, DIDIER TENGE TE LITO ont décidé de mettre...

Elysée Munembwe: « L’entrepreneuriat féminin est considéré comme l’un des leviers importants de la croissance économique »

« L’entrepreneuriat féminin  est considéré comme l’un des leviers importants de la croissance économique, au vu du nombre des femmes qui s’y adonnent.