l'info en continu

Nomination des mandataires publics: le ministre du Portefeuille mis à nu par le directeur de cabinet du Chef de l’État

- Publicité-

Le ministre du Portefeuille a été sommé, mercredi 24 juin 2020, d’exécuter les récentes ordonnances présidentielles, en plus de celles du 3 juin 2019, nommant les mandataires dans les entreprises étatiques.

‘Plusieurs remises et reprises ont eu lieu au courant de la semaine, notamment, à la SNCC où Gabriel Kyungu et Fabien Mutomb ont pris officiellement leurs fonctions respectives de PCA et de DG, après leurs nominations le 20 mai 2019.

- Publicité-

Dans sa lettre du 24 juin 2020, le directeur de cabinet intérimaire du Chef de l’État, le professeur docteur Eberande Kolongele, a dénoncé une insubordination et a donné 48 heures au ministre du Portefeuille, Clément Kwete, pour s’exécuter  » sous peine des sanctions pour manquements graves à vos fonctions ».

Selon, Paul Diakiese de la presse présidentielle, cette tentative de rébellion ressemble à celle de sa devancière au ministère du Portefeuille, Wivine Mumba, qui s’était permise de geler les ordonnances du 3 juin 2019 pour les comités de gestion de la SNCC et de la Gecamines.

Curieusement, l’actuel comme l’ancienne sont tous deux membres du FCC. De là à parler d’un sabotage à l’égard du président de la République, il n’y a qu’un pas.

Précédemment le 18 juin 2020, le ministre du Portefeuille actuel avait décidé de différer l’exécution des ordonnances présidentielles nommant les mandataires à la RVA, la CADECO, la SCPT, aux LMC sans oublier la Gecamines et la SNCC , en évoquant , maladroitement, e cas de force majeure lié au contexte du Coronavirus.

La teneur de la lettre du Dircab a sonné le tocsin par son caractère impératif.

« La Haute Hiérarchie demande au Premier ministre, chef du gouvernement qui me lit en copie, de vous instruire à exécuter les dites ordonnances…dans les 48H ».

C’est une sévère mise en garde qui marque une rupture totale. En d’autres termes plus rien ne sera comme avant et, donc, finit la récréation.

S’agissant spécialement de la Gecamines et de la SNCC, personne n’ignore que les deux sociétés comptent parmi les poules aux oeufs d’or de la République et que l’arrivée de nouveaux mandataires au sein de leurs conseils d’administration, n’était pas de nature à apaiser les anciens gestionnaires ayant des choses à cacher.

Le Chef de l’État congolais vient, par là, réaliser la promesse faite à la diaspora, lors de ses tournées européennes en 2019.

À cette occasion, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait martelé que, « quelles que soient les pesanteurs politiques », ses ordonnances allaient finir par être exécutées.

Ainsi, un ministre averti en vaut deux…

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU