lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min

l'info en continu

« NON à la caporalisation de la magistrature ! Soyons tous prêts à marcher pour l’indépendance de la Justice ! » (Moïse Katumbi)

- Publicité-

Faisant suite à la déclaration de mardi 23 juin de la coalition Lamuka, le président de Ensemble pour la République, Moïse Katumbi, appelle la population à dire non à la caporalisation de la magistrature.

Moïse Katumbi appelle la population à être tous prêts à marcher pour l’indépendance de la Justice.

- Publicité-

« NON au retour de la dictature ! Si hier nous avons eu le courage de dire NON au changement de Constitution, aujourd’hui nous devons dire NON à la caporalisation de la magistrature ! Soyons tous prêts à marcher pour l’indépendance de la Justice ! Le banditisme du FCC doit cesser ! », a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

Idem pour Martin Fayulu, président de l’ECIDE et un autre membre de la coalition Lamuka, qui affirme qu’à travers les 3 propositions de lois récemment introduites au Parlement, Joseph Kabila tente de pérenniser l’impunité et son pouvoir en RDC.

« Face à des institutions exsangues, illégitimes et corrompues, un sursaut populaire s’impose pour faire échec à ce plan funeste., » a-t-il indiqué.

Il sied de rappeler que Lamuka a, dans une déclaration, mis en garde l’Assemblée nationale sur les manoeuvres de vouloir assujettir la justice du pays au FCC

La coalition Lamuka a réagi face aux 3 propositions de lois controversées sur la réforme de la Justice, introduites par les députés nationaux, Gary Sakata et Aubin Minaku.

Lamuka met donc en garde l’Assemblée nationale sur les manoeuvres de vouloir assujettir la justice du pays au FCC.

C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué signé par les 4 leaders de ladite communication, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu et Adolphe Muzito.

Cette coalition de l’opposition soutient que les manoeuvres d’appropriation privative de la magistrature debout (parquet) entamée en janvier 2011, à l’occasion de la révision de l’article 149 de la Constitution, risquent de connaître leur point culminant avec les trois propositions des lois scélérates soumises par le FCC à l’Assemblée nationale.

La coalition Lamuka note qu’en dépit de la consécration constitutionnelle de la séparation des pouvoirs, les trois propositions de lois tendent à faire des procureurs de la République des commissaires du gouvernement, donc des agents du ministre de la Justice au mépris de l’indépendance d’action des membres du parquet.

« Suivant la logique de ces trois propositions des lois, le ministre de la Justice obtiendrait le pouvoir de nommer, à titre provisoire et sans autres formes de contrôle, les magistrats du parquet, en violation flagrante de l’article 82 de la Constitution, » peut-on lire dans cette déclaration.

Ces trois propositions présentent un risque certain non seulement d’intrusion du gouvernement dans l’activité quotidienne du magistrat et de celle du Conseil supérieur de la magistrature, mais aussi portent en elles un risque d’inanition de l’action du ministère public. Ce qui est inacceptable en ce qu’elles portent un coup fatal au principe constitutionnel de séparation des pouvoirs.

« Cette manoeuvre de confiscation des pouvoirs des procureurs de la République engagés par les FCC vise en réalité à récupérer illégitimement et illégalement ceux perdus lors des élections chaotiques de décembre 2018 et à couvrir les délits et crimes perpétrés durant 18 ans », ajoute la déclaration.

Face à cet état de choses, Lamuka appelle les professionnels de la justice et l’ensemble du peuple congolais à la plus grande vigilance.

Elle demande, par ailleurs, au peuple congolais à se tenir prêt pour le mot d’ordre comme en janvier 2015 contre la loi sur le recensement.

Thierry Mfundu

- Publicité -

3 Commentaires

  1. Il est grand temps de dissoudre ce Parlement. Sa dissolution mènerait facilement à l’arrestation de Joseph Kabila et de ses dignitaires que cette institution protège. Les adeptes du PPRD n’ont pas encore compris que l’Occident a déjà vomis Joseph Kabila. Si ce dernier continue à jouir de la liberté, c’est grâce à l’Alliance qu’il a conclue avec l’UDPS. Cette Assemblée Nationale montée de toute pièce tend surement à sa fin. Sur l’échiquier international, quelle institution en reconnait la légitimité ? Au lieu de travailler en harmonie, ces soi-disant parlementaires aux connaissances problématiques mettent à l’avant-garde leurs intérêts partisans et perdent leur temps à se quereller tout en oubliant qu’ils sont là pour servir le peuple Congolais. Beaucoup ne sont même pas capables de construire une phrase en Français ou de s’exprimer clairement dans cette langue. J’ai lu l’occasion de lire à plusieurs reprises les annonces de Jeanine Mabunda. Bien qu’elles se prétendent avocate, ses écrits sont pleins de faute de syntaxe et de grammaire. La même logique s’applique au regard d’Eve Bazaida dont la sècheresse d’esprit et la petitesse d’éducation se démontrent à travers ses publications. Quant à Jean Jacques Mamba, s’il a un diplôme universitaire, il doit certainement l’avoir acheté. Il ne connait rien du tout de la langue française. Après tout, Il n’y a rien de spécial que ces pseudo-parlementaires font qui ne peut être accompli par d’autres congolais compétents comme la personne qui vous critique.

    • Peuple congolais, apprenons à faire des critiques à nos compatriotes en usant très peu d’émotions mais plutôt avec beaucoup de regards et de respect. Les insultes ne nous aident absolument pas. Nul n’est parfait ici bas! Les gens apprennent beaucoup dans le respect et non dans la violence ou à travers les insultes. Merci mes frères et soeurs.

  2. Je soutiens vivement votre proposition et je suis très rassuré que la dissolution s’est d’or et deja dessinée. Les diplômes valables sont nombreux au congo, nombreux mais le problème n’est pas là, c’est l’immoralité, la cruauté, la criminalité, le manque de confiance de soi, la dépendance, l’irrationnel, le satanisme, le « MOI » qui existe en eux, le manque d’amour et j’en passe. Nous avons tant de Docteurs, tant de penseurs, tant de professeurs d’universités mais tous accroupissent devant un vaut rien, un criminel de haute formation, un sans coeur, ils ne se retrouvent mm pas!!! je me souviens de la période de Mobutu ou il pouvait se servir mm des femmes des Ministres sans qu’ils ne disent mot et c’est après sa mort que certains avaient commencé à se retrouver. C’est dommage!!! Mais Le Dieu du peuple, Le Dieu d’Israel, lui qui ne dort ni ne somnole, viendra toujours au secours des congolais. Soyons vigilant et Dieu aide les vrais congolais.

Comments are closed.

EN CONTINU

JM Kabund s’incline et approuve la candidature de P. Nseya au poste de 1er VP de l’Assemblée nationale

Destitué le 25 mai 2020 de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale, à la suite d’une pétition initiée par le...

Le mini-sommet des Chefs d’Etat de la région des Grands-Lacs reporté sine die

Le mini-sommet des Chefs d’Etat de la région des Grands-Lacs qui devait se tenir dans la ville de Goma, chef-lieu de la...

Le PPRD s’insurge contre la diffusion d’un message de l’UDPS diffusé à la télévision publique

"Nous dénonçons cette mauvaise pente. Les communiqués du Premier Ministre, Chef du gouvernement, sont parfois censurés à la chaîne de télévision publique!...

Mis sur pied d’un cadre de concertation qui permettra de passer en revue toutes les situations du tourisme à Kinshasa

Le Ministre du Tourisme YVES BUNKULU ZOLA et Ministre provincial de l'environnement de Kinshasa, DIDIER TENGE TE LITO ont décidé de mettre...

Elysée Munembwe: « L’entrepreneuriat féminin est considéré comme l’un des leviers importants de la croissance économique »

« L’entrepreneuriat féminin  est considéré comme l’un des leviers importants de la croissance économique, au vu du nombre des femmes qui s’y adonnent.