l'info en continu

Joseph Olenghankoy à propos des plaintes contre lui:  » Il y a de fausses vérités et de vrais mensonges. Soyons fidèlement attachés à la vérité, elle est unique »

- Publicité-

Réagissant à la suite des plaintes déposées contre lui, Joseph Olenghankoy, président du CNSA, affirme qu’il y a de fausses vérités et de vrais mensonges.

« Soyons fidèlement attachés à la vérité, elle est unique.
La vérité veut et va voir le jour pour dénuder l’existence d’une brochette des conspirateurs politiques qui se cachent derrière la façade du jeu politique officiel en RDC », a-t-il indiqué sur son compte tweeter.

- Publicité-

« Il y a de fausses vérités et de vrais mensonges.
Soyons fidèlement attachés à la vérité, elle est unique.
La vérité veut et va voir le jour pour dénuder l’existence d’une brochette des conspirateurs politiques qui se cachent derrière la façade du jeu politique officiel en #RDC. »

Il sied de noter que suite aux révélations des millions de dollars versés à un personnel fictif au CNSA (Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016), deux plaintes ont ete déposées contre Joseph Olenghankoy, président de cet organe issu du dialogue de la Cité de l’UA.

La première porte sur sa gestion à la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).

Et la seconde concerne sa responsabilité en tant que président du Rassemblement, plateforme politique.

Dr Bernard Beya, membre du CNSA, accuse Joseph Olenghankoy de détournement et de paralysie délibérée dans la seule intention d’enrichissement personnel.

Raphaël Muembo de son côté, auteur de la plainte pour faux en écriture et usage de faux justifie sa plainte:

« je suis élu député national de Lubefu (Sankuru) dans une circonscription à un siège en vertu de 23.848 voix obtenues dans les urnes, mais invalidé au profit d’Emery Okundji qui n’avait obtenu que 9.557 voix ».

Pour lui, « lors du contentieux électoral, le président de Rassop s’est fait fabriquer deux fausses listes qu’il prétend obtenir de la CENI avant la proclamation des résultats provisoires.

Et de conclure : « la deuxième fausse liste est celle des partis et regroupements politiques ayant atteint le seuil de représentativité nationale sur laquelle sont faussement attribuées 216.237 voix pour justifier qu’il aurait atteint le seuil pour se faire attribuer mon siège. »

Plusieurs députés, à l’instar de Delly Sessanga, appellent à la dissolution de ce Conseil National.

Une institution, selon Sessanga, « qui n’a plus sa raison d’être et coûte inutilement au contribuable ».

De son côté, l’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a transmis, le jeudi 18 juin, au Procureur général près la Cour de Cassation, son rapport sur l’ouverture d’une enquête sur le détournement de 3 millions USD au sein du Conseil je national de suivi de l’accord (CNSA) dirigé par Joseph Olenga Nkoy.

Ledit rapport renseigne que le CNSA est au coeur d’une malversation financière de 3.087.630 USD sortis du trésor public pour la prime et le salaire de 18 membres non actifs au sein de cette institution d’appui à la démocratie depuis plusieurs mois.

Dans ce même rapport qui a été publié le 10 juin, l’ODEP a indiqué que les membres de cette structure ont commencé à être payés depuis septembre 2019 soit 2 ans après la mise en place de cette institution.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU