l'info en continu

Covid19: « près de 3/4 des travailleurs domestiques dans le monde courent le risque de perdre leurs emplois » (Communiqué de l’OIT)

- Publicité-

Selon les nouvelles estimations de l’Organisation internationale du Travail (OIT) en possession de politico.cd, près de 3/4 des travailleuses et travailleurs domestiques dans le monde courent le risque de perdre leurs emplois.

« Soit 55 millions de personnes courent un risque significatif de perdre leurs emplois et leurs revenus en raison des mesures de confinement et du manque de couverture concrète en matière de sécurité sociale », indique le communiqué de l’OIT.

- Publicité-

Et d’étaler :

 » La grande majorité de ces personnes, 37 millions sont des femmes. Les chiffres pour le mois de juin indiquent que la région du monde la plus touchée est l’Asie du Sud-Est et le Pacifique avec 76 pourcent des travailleurs domestiques en danger, suivie par les Amériques (74 pourcent), l’Afrique (72 pourcent) et l’Europe (45 pourcent) », découvre-t-on.

Ce communiqué nuance que même si tous les travailleurs domestiques sont concernés, emploi formel ou informel, ceux qui ont un emploi informel représentent 76 pourcent des personnes qui risquent de perdre leur travail ou des heures de travail. 

«La crise du Covid-19  a mis en évidence la vulnérabilité spécifique des travailleuses et des travailleurs domestiques dans le secteur informel. Elle souligne le besoin urgent de s’assurer qu’ils sont couverts en matière de droits au travail et de protection sociale», explique Claire Hobden, spécialiste des travailleurs vulnérables à l’OIT.

Et de relever :

«De manière disproportionnée, ce phénomène concerne les femmes qui composent la vaste majorité des travailleurs domestiques dans le monde.»

D’après Claire, « les travailleurs domestiques qui vivent chez leurs employeurs ont continué à travailler, en étant confinés avec eux. Cependant, des informations font apparaître que leur temps de travail a augmenté en raison de la fermeture des écoles et d’un accroissement des besoins en nettoyage ». 

« Dans d’autres cas, les employeurs ont cessé de rémunérer les travailleurs domestiques vivant chez eux en raison de leurs propres difficultés financières ou encore parce qu’ils estiment que les travailleurs domestiques n’ont pas besoin de toucher leurs salaires puisqu’ils ne peuvent pas sortir de chez eux. », selon le communiqué de l’OIT.

Adrien Ambanengo

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU