l'info en continu

RDC: Mgr Ambongo et Mike Hammer échangent sur la présidence de la CENI et la lutte contre la covid-19

- Publicité-

La désignation du nouveau Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), en remplacement de Corneille Nangaa et la lutte contre la pandémie du Covid-19 ont été au centre de l’échange ce vendredi 12 juin entre l’archevêque métropolitain de Kinshasa, Fridolin Ambongo et l’ambassadeur des Etats Unis en République Démocratique du Congo (RDC), Mike Hammer.

Les deux personnalités sont tombés d’accord sur le fait que la CENI doit être dirigée par une personne qui n’a pas de coloration politique et exempt de tout reproche.

- Publicité-

C’est en vue de renforcer la démocratie en République Démocratique du Congo (RDC) et la cohésion du pays.

La situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est de la RDC et la nécessité de sensibilisation au tour de la pandémie de la Covid-19 ont aussi été abordé au cours de cet échange.

Il sied de rappeler que les confessions religieuses ne sont pas tombées d’accord sur le choix d’un candidat commun pour la présidence de la CENI.

Réunis le lundi et mardi au complexe Mgr Moke, les hommes de Dieu ne sont pas tombés d’accord et ont dû suspendre leur rencontre.

« Il n’a pas été possible de dégager un consensus sur une personne qui représente les valeurs auxquelles tiennent les confessions religieuses, entre autres le professionnalisme, l’éthique et l’indépendance vis-à-vis des acteurs politiques. Compte tenu de l’intransigeance des uns et des autres et des rumeurs persistantes de la corruption, aussi par souci de privilégier une solution consensuelle, le Président de séance a jugé bon de ne pas procéder au vote qui reste le dernier recours conformément à la charte des Confessions religieuses », peut on lire dans communiqué signé conjointement par Fridolin Ambongo et André Bokundoa de l’Eglise du Christ au Congo (ECC).

De son côté, la plénière de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a adopté jeudi 11 juin , son rapport annuel (2019-2020).

Un rapport qui doit être examiné par l’Assemblée nationale soit ce vendredi 11 juin, soit lors de la session de septembre 2020.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU