l'info en continu

Motion de défiance contre Ngoy Mukena: Le député Gratien Iracan souhaite que la plénière soit retransmise en direct

- Publicité-

Dans une correspondance en date du 10 juin adressée à la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, le député national, Gratien de Saint-Nicolas Iracan, a demandé à cette dernière de convoquer une plénière pour statuer sur la motion de défiance initiée par lui contre le ministre de la Défense nationale, Ngoy Mukena.

 » Nous, signataires de la motion de défiance contre le ministre de la Défense nationale et anciens combattants, exigeons la tenue d’une plénière pour le débat suivi du vote de cette motion, conformément à l’article 214 de notre règlement intérieur et les articles 146 et 147 de la Constitution”, peut-on lire dans la correspondance du député Iracan à la présidente du bureau de la chambre basse du Parlement.

- Publicité-

Cet élu de Bunia demande à Jeanine Mabunda de convoquer le plus tôt possible une séance plénière où ils seront en mesure de comprendre pourquoi la loi a été violée.

« Sinon, nous allons prendre acte de la séance plénière du 9 juin et nous demanderons à notre peuple congolais, surtout celui de l’Est, de tirer toutes les conséquences des conséquences de ces violations massives des textes de la République pour protéger un ministre qui a failli à ses obligations”, a-t-il indiqué dans sa missive, tout en soulignant que l’interpellation du ministre introduite par lui le 18 mai, avait déjà été retirée au motif qu’elle n’a pas été débattue à la plénière proche du 20 mai, comme le veut le règlement intérieur de la chambre basse.

Dès lors, il avait initié une motion de défiance contre le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants qui a été signée par 50 députés nationaux.

L’initiateur de la motion, victime des menaces de mort

Dans un message adressé, lundi 08 juin, à ses électeurs de Bunia dans la province de l’Ituri, le député national, Gratien de Saint-Nicolas Iracan, dit être victime des menaces de mort après le dépôt de sa motion de défiance initiée contre le ministre de la Défense et des anciens combattants, Aimé Ngoy Mukena, suite à la persistance de l’insécurité dans la partie Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

« J’informe mes électeurs de Bunia/Ituri que les menaces ont commencé après mon dépôt de motion de défiance contre le ministre nationale de la Défense et Anciens combattants, le 03 juin 2020, relative aux massacres de plus de 1300 civils à l’Est. Votre solidarité et soutien en mémoire des victimes », a-t-il dénoncé.

Le député du MS de Pierre Lumbi souhaite que la plénière devant statuer sur la motion soit retransmise en direct à la RTNC pour permettre au monde entier de comprendre les atrocités qui sévissent à l’Est de la RDC.

Il a appelé à la solidarité de ses collègues pour faire partir le ministre Mukena accusée de “défaillance” dans ses fonctions. Il pour permettre que la population se rende compte de ce qui se passe réellement à l’Est du pays particulièrement dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu.  

Toujours dans la même optique, le Député national Paul Muhindo, président du caucus des députés du Grand Nord-Kivu (Lubero- Butembo-Beni), avait justifié leur démarche comme suit:

 » Pendant les vacances passées, notre présidente et nous-mêmes avions effectué une mission à Beni. Elle était partie jusqu’en Ituri et Bukavu. Aujourd’hui il s’est agi d’évaluer ce qui s’est passé après ce tournoi. Il s’observe malheureusement que depuis que nous sommes sortis de Beni et même en Ituri, la situation a fortement empirée. Par exemple, pour ne citer que ce qui s’est passé il n’y a pas longtemps, dans trois jours, soit de dimanche à mercredi, il y a eu 77 personnes qui ont été égorgées, au moins 120 personnes kidnappées. La situation est tellement grave et au-delà de cela, nous avons constaté qu’il y a une défaillance criante dans le chef de l’animateur du ministère de la défense [Aimé Ngoy Mukena]. Nous avons partagé cette inquiétude avec notre présidente. Raison pour laquelle les députés ont décidé d’exprimer ouvertement à la présidente leur volonté de pouvoir agir conformément à la loi par rapport à tous ceux qui ont été incapables d’assumer leurs propres responsabilités« , avait expliqué l’élu du territoire de Beni.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU