PUBLICITÉ

Le Gouvernement a encaissé 13 milliards de FC des bons du trésor mis en adjudication

13.000.000.000 (treize milliards) FC, c’est le montant que le gouvernement congolais a encaissé mardi 02 juin, dans l’ensemble, à travers des bons du trésor mis en adjudication.

Selon l’ACP qui rapporte cette infos, les bons du trésor ont été lancés en deux lots. Le premier portait sur des titres de six mois d’échéance et le deuxième de trois mois d’échéance.

Le premier lot a rapporté 2.000.000.000 (deux milliards) FC, soit un taux de couverture du montant mis en
adjudication de 13,3% au taux limite de 10%.

Pour le deuxième lot à trois échéance, 11.000.000.000(onze milliards) FC ont été levés sur les 30.000.000.000 (trente milliards) recherchés, soit un taux de couverture du montant mis en adjudication de 36,67% au taux limite accepté de 8,5%.
Durant ce mois de juin en cours, le gouvernement vise à lever 110.000.000.000 (cent dix milliards) FC grâce aux bons du trésor sur le marché intérieur. C’est à ce titre que l’exécutif national avait lancé en octobre 2019 les bons du trésor pour diversifier ses sources de financement en vue de couvrir les dépenses publiques.

Pour rappel, le ministère des Finances a annoncé qu’un montant global de 17 milliards CDF (9,189 millions USD) a été levé sur le marché intérieur en République démocratique du Congo (RDC) le 29 mai dernier.

Cela suite aux adjudications des Bons du Trésor du mardi 26 mai 2020, sur les 30 milliards CDF visés, soit un taux de couverture du montant mis en adjudication de 56,67%.

Au cours du mois de mai 2020, la RDC a pu lever, 80,5 milliards CDF (43,513 millions USD) en cumul sur le marché intérieur grâce aux Bons du Trésor, sur les 110 milliards FC visés, soit un taux de réalisation de 73,18%.

Un bon du trésor est un titre d’emprunt émis par l’État et remboursable à l’échéance.

En République démocratique du Congo (RDC), c’est le gouvernement qui émet ces titres d’emprunt par le canal du Trésor public et constituent pour le pays, un des moyens de faire face à la faiblesse de la mobilisation des recettes.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU