l'info en continu

Conservateur Kilanga Langa Minguba:  » Il y avait des pressions de partout pour faire aboutir rapidement ce dossier »

- Publicité-

 » Il y avait des pressions de partout pour faire aboutir rapidement ce dossier, notamment de la part de l’ANR, ainsi que du ministre des affaires foncières Molendo Sakombi »

 » Il y avait des pressions de partout pour faire aboutir rapidement ce dossier, notamment de la part de l’ANR, ainsi que du ministre des affaires foncières Molendo Sakombi », a reconnu le conservateur des titres immobiliers de Ngaliema Valentin Kilanga-Langa au cours de son intervention ce jeudi 04 juin à l’audience du procès de 100 jours où il a été appelé comme témoin pour expliquer les actes translatifs entre Samih Jammal et Daniel Massaro Shangalume.

- Publicité-

Conservateur des Titres immobiliers de Mont Ngafula affirme connaître Samih Jammal dans le cadre de ses services d’agent de cadastre minier.

Il a reconnu avoir avoir signé le certificat d’enregistrement profit de Mme Soraya Mpiana

Kilanga-Langa Valentin precise que le fonds acheté sur la baie de Ngaliema comprenait 2 hectares, Jammal a sollicité deux titres: un pour lui, un pour Soraya, soit 50 ares. Et les deux titres avaient été établis.

Il poursuit que s’étant rendu compte que le titre établi n’étant que d’un ha et demi, Jammal avait saisi le parquet de Kinshasa pour refuter les dimensions.

« On lui fera savoir que le demi -hectare était déjà cédé à Soraya, et il demandera a être régularisé pour ce fait, » indique le conservateur des titres immobiliers de Ngaliema.

Il affirme par ailleurs avoir reçu à plusieurs reprises M. Daniel Shangalume qui est venu également réclamer une cession sur le même fonds lui cédé par Samih Jammal.

« Nous avons donc insisté que Jammal vienne confirmer cette cession pour le compte de Soraya, ce qui sera fait, et le titre a finalement été établi au profit de Soraya, » confirme Valentin Kilanga-Langa et qui ajoute que c’est Daniel Massaro qui leur a conduit vers Samih Jammal pour comparaitre et réaffirmer la cession.

Il assure que Massaro représentait Soraya dans cette procédure et note qu’il avait des pressions de partout pour faire aboutir rapidement ce dossier, notamment de la part de l’ANR, ainsi que du ministre des affaires foncières Molendo Sakombi.

Il assure par ailleurs que pour le compte de Jammal, le certificat a été déposé auprès du ministre tandisque Massaro, lui-même avait retiré son certificat.

À la question du juge: Qui vous a communiqué le nom de Soraya pour la cession ? Il répond que c’est Massaro qui était le porteur des pièces des actes de cession et de reconnaissance.

Et affirme que Jammal a confirmé lui-même, par Me Bokolombe des actes de cette cession.

Samih Jammal à son tour rejette les allégations du Conservateur Kilanga-Langa.

« Moi je ne connais que Daniel, je ne connais pas Massaro. Daniel est venu acheter chez moi 7.000 m pour 20.000$, je ne connais pas Massaro, pas Soraya du tout!, « déclare l’octogénaire dans un balbutiement.

Appelé à la barre, Me Bokolombe fait acter que en tant que avocat, il a apposé sa signature dans ce document au nom et pour le compte de son client:  » la plume est mienne, le contenu est de mon client », conclut-il.

Dans sa conclusion, Jammal Samih revient sur ces dires et dit qu’il a fait cadeau à Massaro et qu’il n’a pas vendu.

Puis c’est le tour de Vital Kamerhe qui intervient. Il affirme que la zone de la baie de Ngaliema est frappé de « Non edificandi », depuis 1960.

Le prévenu indique que lorsqu’on on a commencé à construire sur cette baie, il avait écrit en mars 2019 pour interdire toute construction sur cette partie.

Le conservateur de son côté nie ses allégations. Il affirme qu’il n’ y a aucune correspondance qui interdit toute construction dans ce site.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU