PUBLICITÉ

Insécurité dans les villes: Félix Tshisekedi met en garde les autorités civiles et militaires qui se complaisent à tolérer une telle dégradation

L’insécurité grandissante dans nos villes a été l’un des points abordés par le président de la République au cours de la 33e réunion du conseil des ministres.

Au vu de l’insécurité qui tend à se généraliser dans certaines villes du pays, en particulier à Kinshasa et à Lubumbashi, le Président de la République a instruit le Gouvernement à prendre toutes les dispositions pour enrayer ce cycle de violence..

Il a aussi mis garde les autorités tant civiles que militaires qui se complaisent à tolérer une telle dégradation de la situation sécuritaire.

Convoqué récemment par les députés nationaux sur cette question de l’insécurité par l’une des commissions de l’assemblée nationale chargée en matière de sécurité, le VPM en charge de l’intérieur Gilbert Kankonde a répondu à cette commission, qu’il n’a pas les moyens nécessaires pour y faire face.

Ce qui a frustré les représentants du peuple étant donné qu’un chef ne devait pas répondre ainsi.

« Un chef ne se lamente pas mais doit plutôt proposer des solutions idoines, face à cette situation d’insécurité, qui sévit dans le pays, » avait déclaré le député motionnaire.

Thierry Mfundu

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Quand Gilbert Kankonde répond de cette façon, il faut pas aller par quatre chemins. Il faut comprendre que c’est un complice et que faut-il faire? Vous, qui êtes des députés de la pacotille, des assassins, des imbéciles et des fils de pute (tous, sans exception, du FCC: Front des Cons Congolais) comme votre autorité morale, je le dis et le confirme avec force, à moins que ce cochon de kingakati accepte de faire le test ADN et je ne crains personne, seulement Dieu, car je soutiens les vrais Kabila, devriez exiger sa démission pour incapacité intellectuelle de prendre ses responsabilités, au lieu d’avaler une réponse bête pour des raisons imbéciles dictées par votre imbécile d’autorité morale et assassin de kingakati.

Comments are closed.

EN CONTINU