vendredi, octobre 2, 2020
DRC
10,685
Personnes infectées
Updated on 2 October 2020 à 7:06 7 h 06 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 2 October 2020 à 7:06 7 h 06 min
DRC
10,165
Personnes guéries
Updated on 2 October 2020 à 7:06 7 h 06 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 2 October 2020 à 7:06 7 h 06 min

l'info en continu

Bilanga à Kasumbalesa : le député Coco Mulongo demande à la « justice de faire son travail »

- Publicité-

Le député national Coco Mulongo, élu de la circonscription de Lubumbashi, demande à la justice congolaise de faire son travail, pour régler “la situation préoccupante qui sévit au poste frontalier de Kasumbalesa, dans sa zone dite +Bilanga+ favorisant la fraude douanière”.

Dans un message partagé dans plusieurs groupes sur les réseaux sociaux, cet élu de Lubumbashi, membre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social [UDPS-Tshisekedi], parti au pouvoir, croit qu' »un criminel, sa place, c’est en prison ».

- Publicité-

« Arrêtons de pleurnicher, c’est à la justice de mettre la main sur ces hors-la-loi qui continuent d’entretenir la confusion dans le Bilanga. C’est elle qui doit engager des poursuites contre les individus, car le problème prends les allures à connotations tribales », a-t-il affirmé.

À sa  » connaissance, le phénomène Bilanga daterait de l’époque de Mobutu, de Kabila fils jusqu’il y a encore quelques jours. Il avait été assiégé par le 100% et l’Unafec, auxquels viennent de s’ajouter les militants de l’Udps pour le moment ».

« Ces personnes, qui entretiennent du désordre à ce poste douanier et se cachent derrière le nouveau pouvoir, doivent être poursuivies par la justice », recommande-t-il.

Les mêmes préoccupations étaient également au centre d’une mission de la délégation partie de Kinshasa, conduite par le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Affaires coutumières, Gilbert Kankonde.

Le Cadre de concertation de la société civile du Haut-katanga a, dans son récent communiqué publié le weekend, a condamné la situation entretenue à Kasumbalesa et qui n’exclue pas une « complicité des autorités politico-administratives, policières, militaires, douanières et politiques [partis politiques] », comme tireurs des ficelles pointés, par la société civile.

La société civile relève que, « les postes frontaliers sont de la compétence du pouvoir central », qui doit jouer sa « partition ».

- Publicité -

EN CONTINU

Sud-Kivu : la SVK exige de Mike Hammer de dénoncer la « main noire » dans le dossier Kamerhe

La plateforme Soutenons Vital Kamerhe (SVK) poursuit sa démarche d'exiger l'acquittement de son leader Vital Kamerhe. Depuis sa condamnation,...

Droits Humains : André Lite échange avec la délégation Mondiale du CICR à Genève sur les questions de son secteur

Le Ministre des Droits Humains, Me André Lite Asebea a pris part à un échange de haut niveau, ce jeudi 1er octobre...

Sud-Ubangi : Julien Paluku en mission d’approche polycentrique du développement de la RDC

Le Ministre de l'Industrie, Julien Paluku, a visité ce jeudi 1 er octobre, la plantation de l'entreprise Miluna – Gwaka, une société...

Rapport Mapping : 10 ans après, où en est-on ? la dynamique des universitaires en fait un clin d’œil à Kisangani

Le 1er octobre 2010, il y a 10 ans, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) a publié le...

Dossier TRANSCO : l’ODP a déposé une dénonciation au Parquet général près la Cour d’appel de Matete

Après avoir publié son rapport sur la gestion de la société de transports "TRANSCO", l'Observatoire de la dépense publique (ODEP) a déposé,...