l'info en continu

Haut-Katanga : les ONGDH exigent une enquête sur la disparition de l’activiste Ramazani Wasolela

- Publicité-

Les organisations membres du réseau de protection des défenseurs des droits de l’homme, Groupe ukingo wa watetezi, Gruwa, appellent la police nationale congolaise/ Province du Haut-Katanga à ouvrir une enquête sur la disparition du défenseur des droits de l’homme Ramazani Wasolela Rams.

Ces organisations se disent vivement préoccuper par la disparition depuis le mardi 12 mai 2020 du coordonnateur national du mouvement citoyen La voix du peuple.

- Publicité-

« En effet, d’après des sources concordantes, le défenseur des droits de l’homme a quitté le matin du 12 mai 2020 son domicile situé au quartier CRAA dans la ville de Lubumbashi
pour se rendre au quartier Golf et depuis lors il n’y a aucun signe de sa part. Ses téléphones sont éteints et sa famille craint pour sa vie, » peut on lire dans leur communiqué du 14 mai 2020.

Il convient de rappeler que monsieur Ramazani Waolela Rams est impliqué dans la
dénonciation de la dégradation de l’insécurité dans la province du Haut-Katanga et avait d’ailleurs fait l’objet d’une « arrestation arbitraire » dans les cachots de l’Agence nationale des
renseignements, ANR, de Lubumbashi en date du 16 décembre 2019 pour avoir trouvé sur lui, par les agents de la police de l’université de Lubumbashi, une copie de la lettre de la Lucha adressée à Monsieur le Maire de la Ville de Lubumbashi, l’informant sur une marche devrait se tenir le 15 décembre 2019 par rapport à la recrudescence de l’insécurité dans la province du Haut-Katanga et qui a été finalement annulée.

Des démarches avaient été entreprises pour que son
dossier soit transféré devant son juge naturel qui en définitive lui avait accordé la liberté sans
condition.

C’est en se fondant sur la mission confiée à la police nationale congolaise confortement au Décret-loi N°002-2002 du 26 janvier 2002 portant institution, organisation et fonctionnement de la police nationale congolaise en son article 5 qui dispose : « la police nationale est une
force chargée de veiller à la sécurité et à la tranquillité publique, de maintenir et de rétablir l’ordre public. Elle protège les personnes et leurs biens…. », que les ONGDH sollicitent l’implication du commissariat de la police du Haut-Katanga pour élucider les circonstances de la disparition du défenseur des droits de l’homme Ramazani Wasolela Rams.

Par ailleurs, les ONGDH recommandent à bureau de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga d’accorder une priorité, aussitôt que les séances plénières seront autorisées, à l’examen de la proposition de l’édit provincial en faveur des défenseurs des droits de l’homme œuvrant dans la province du Haut-Katanga pour que ceux-ci se sentent protéger dans l’exercice de leurs missions.

Enfin, elles recommandent à la famille du défenseur des droits de l’homme porté disparu, de collaborer avec les services de sécurité pour retrouver les traces de cette disparition et au besoin de porter plainte contre inconnu pour ce faire.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU