Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 17:27 17 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 17:27 17 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 17:27 17 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 17:27 17 h 27 min

Désengorgement des prisons en RDC: ACAJ déplore le fait que certains noms de détenus aient été déjà mentionnés

Dans son communiqué de ce mercredi 06 mai en rapport avec le désengorgement des prisons suite à la pandémie du coronavirus, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) déplore le fait que certains noms de détenus aient été déjà mentionnés.

Elle interpelle interpelle le gouvernement congolais sur des tentatives d’immixtion de certains membres du Gouvernement dans les affaires relevant de la compétence des magistrats.

Pour ce, elle a demandé aux responsables judiciaires de créer une commission pour examiner tous les cas des condamnés et détenus à recommander soit à la grâce présidentielle, soit à la libération conditionnelle, soit à la liberté provisoire tout en tenant compte de la gravité des faits et leurs peines.

Cette commission selon le communiqué de l’ACAJ devra respecter le principe de l’égalité des chances des détenus afin de prévenir toute discrimination, et ce en application des articles 12 et 13 de la Constitution.

“Les cas concernant les condamnés ou détenus pour des faits de meurtre, assassinat, corruption, détournement des deniers publics, blanchiment des capitaux, violences sexuelles, crimes contre l’humanité, crime de guerre, crime de génocide devront être traités avec une extrême précaution pour éviter de choquer ou révolter l’opinion publique”, précise l’ACAJ dans ce communiqué.

Il sied de rappeler qu’au cours de la 29e réunion du conseil des ministres tenu le lundi dernier par vidéoconférence, le gouvernement congolais avait examiné la possibilité de désengorger des prisons pour prévenir la propagation de Covid-19. Parmi ces prisonniers à libérer figurent notamment Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Samih Jammal, etc. Tous détenus dans le cadre des enquêtes sur le programme d’urgence du Chef de l’Etat.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...