l'info en continu

Inondations à Uvira : des cas de choléra signalés dans les camps des sinistrés

- Publicité-

Les sinistrés d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu, sont exposés aux maladies hydriques suite au manque d’eau potable et aux mauvaises installations hygiéniques dans les camps des sinistrés.

Plus de 500 à 1000 personnes partagent une même toilette. Ce qui constitue un grand risque de contamination des maladies hydriques, surtout pour les enfants de moins de 5 ans et les personnes vulnérables, alerte André Byadunia, président de la Nouvelle société civile congolaise à Uvira-ville et territoire.

- Publicité-

Il prévient que, parmi les 77.000 sinistrés, certains
risquent de perdre leur vie suite à cette situation.

« Ils sont confinés dans les églises et les écoles tandis que d’autres le sont dans des sites aménagés pour cette fin. Même dans les églises et les écoles, vu le nombre des personnes, les toilettes n’y sont pas proportionnelles. Les sinistrés sont, alors, obligés de se partager une ou deux toilettes », s’inquiète André Byadunia.

Il exhorte, à cet effet, les organisations humanitaires à aider les sinistrés pour la chloration d’eau et la construction des toilettes, qui sont des urgences.

Dimanche 03 mai 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a remis, à la zone de santé d’Uvira, un lot important de médicaments essentiels ainsi que des kits contre le choléra.

Le médecin chef de zone de santé d’Uvira, Panzu Nimi qui a réceptionné cette dotation, a signalé 6 cas de choléra déjà enregistrés dans les communautés où vivent les sinistrés.

Pour lui, cette dotation vient soulager un tant soit peu la situation humanitaire précaire dans laquelle se trouvent les sinistrés.

Thierry M. RUKATA

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU