Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

lundi, juin 1, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min

l'info en continu

Diaspora en Afrique du sud: plusieurs réfugiés dont des congolais seront rapatriés pour faute d’intégration ( ministère intérieur sud africain)

Les réfugiés hébergés à Bellville et Wingfield au Cap sont au centre d’une crise en cours concernant les demandes de réinstallation à l’étranger. Parmi ces réfugiés, il y a aussi plusieurs ressortissants de la RDC.

- Publicité-

Sur Daily Maverick, le ministère de l’Intérieur sud africain affirme que les efforts pour les réintégrer dans la société ont échoué et que la seule option qui reste est le rapatriement dans leur pays d’origine.

La possibilité d’un rapatriement est toujours à l’ordre du jour pour les réfugiés qui campaient dans et autour de l’église méthodiste centrale du Cap.

«La question du rapatriement n’a jamais été le premier choix; le premier choix était de réintégrer les gens dans la société », a expliqué le ministre des Affaires intérieures, Aaron Motsoaledi sur Daily Maverick.

S’adressant à une réunion conjointe de la commission parlementaire avec le ministère de l’Intérieur et la commission spéciale de la sécurité et de la justice le mardi 28 avril, Motsoaledi a déclaré que les réfugiés refusaient toujours l’option de réintégration.

Le groupe protestait contre le traitement xénophobe en Afrique du Sud depuis octobre 2019 et demandait sa réinstallation dans un pays tiers.

Ils sont maintenant hébergés dans des abris temporaires. Au total, 560 réfugiés ont été réinstallés de l’intérieur de l’église à Paint City à Bellville, tandis que 350 autres ont été déplacés de l’extérieur du poste de police central du Cap vers un site distinct à la base militaire de Wingfield.

C’était après une escarmouche entre le gouvernement national, l’administration provinciale du Cap-Occidental et la ville du Cap sur les terres publiques.
La ville a été accusée d’avoir tenté d’interférer avec les plans de déplacement des réfugiés, citant à un moment donné que les sites de Bellville et de Wingfield n’étaient «pas prêts à être occupés».

La ville avait déjà déplacé des réfugiés de l’extérieur de l’église le 1er mars après que la Haute Cour du Cap occidental eut ordonné l’exécution de ses statuts. Beaucoup avaient campé à l’extérieur du commissariat de police du Cap avant d’être transférés à Wingfield.

Le 10 mars, la commission des affaires intérieures a tenu une réunion, aux côtés de la ville du Cap, du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), de la Commission sud-africaine des droits de l’homme (SAHRC) et des services de police sud-africains, où ils ont été convoqués. un mois pour trouver un plan pour résoudre la crise.

À ce jour, aucun plan clair n’a été élaboré#

Le comité attend toujours les recommandations de la ville du Cap et du SAPS.
Le 19 mars, Motsoaledi a rencontré des ambassadeurs de la République démocratique du Congo, du Burundi et de l’Éthiopie (pays d’origine de la plupart des réfugiés), qui se sont déclarés «prêts à aider» en cas de rapatriement.

Il n’y a pas de calendrier pour le processus de rapatriement, car il n’est pas clair si cela se produira.

Le rapatriement n’est que volontaire et dépend de la possibilité de rentrer dans le pays d’origine en toute sécurité.
L’Afrique du Sud est signataire de la Convention de 1951 relative aux réfugiés et de son Protocole de 1967 relatif au statut des réfugiés qui contient le principe de
le non-refoulement, c’est-à-dire la protection des réfugiés légitimes contre le retour dans leur pays d’origine si cela les met en danger.
Le membre du Comité, Qubudile Dyantyi, a souligné que les abris temporaires de Bellville et Wingfield n’étaient pas considérés comme de la réintégration.

Par conséquent, à ce stade, les efforts d’intégration locale avaient échoué.
Motsoaledi a conclu en faisant valoir que les réfugiés n’étaient essentiellement pas sous la responsabilité des Affaires intérieures. La politique sud-africaine sur les réfugiés ne prévoit pas de camps de réfugiés, par conséquent, le département n’a pas l’obligation de fournir des abris et des vivres aux réfugiés.
En d’autres termes, les Affaires intérieures ne sont pas mandatées pour assurer le bien-être des réfugiés dans les abris temporaires.

Contactez par Politico.cd, le président la communauté congolaise en Afrique du sud, CCRSA en sigle, Charlie Mingiedi nous a répondu comme suit:

« Mon bureau et moi, ne savons plus quoi dire concernant ce dossier. Car nos concitoyens sont déterminés à garder leur position, et figurez-vous qu’il y a d’autres congolais qui sont allés les rejoindre dans les différents sites d’hébergement. Pour eux, ce déplacement vers les sites d’hébergement est une évidence pour leur réinstallation vers l’Australie et le Canada. Donc pour éviter d’être traiter des jaloux, la CCRSA aussi se lave les mains dans ce dossier des réfugiés de CAPETOWN comme le Home Affairs (ministère de l’intérieur sud-africain) l’a fait. Merci. »

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU

RDC :Des morts à la présidence, le porte-parole du président dit qu’il y n’a « aucune preuve de mort par empoisonnement »

Depuis quelques jours la présidence enregistre des morts qui suscitent des réactions selon lesquelles ces personnes mourraient d’empoisonnement d’empoisonnement.

Coronavirus: l’OMS et ses partenaires appuient de nouveau la RDC en équipements pour renforcer la riposte

Dans un communiqué de presse parvenu à POLITICO.CD, l'OMS, Organisation mondiale de la santé grâce à un appui généreux d’ECHO et de...

Bas-Uelé/SOS: Une présumée coalition « Mbororo-LRA » fait loi à Bondo, des pillages et Kidnapping aux environs de Bili

Depuis un temps les rebelles de la LRA, Armée de la Résistance du Seigneur, ont refait surface dans certaines localités du territoire...

L’UNC dénonce les critiques tendancieuses dirigées contre Kamerhe et ses avocats à la suite de la mort inopinée du Juge Raphael YANYI

L'Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe dénonce les critiques "tendancieuses" dirigées contre son président national et ses avocats à...

Le Gouverneur du Sud ubangi reçoit un lot des kits de prévention contre la covid-19

Le Gouverneur Jean-Claude Mabenze du Sud ubangi a réceptionné des kits de prévention et contrôle de la Pandémie de la Covid 19...