mercredi, octobre 27, 2021
DRC
57,453
Personnes infectées
Updated on 27 October 2021 à 7:30 7 h 30 min
DRC
5,432
Personnes en soins
Updated on 27 October 2021 à 7:30 7 h 30 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 27 October 2021 à 7:30 7 h 30 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 27 October 2021 à 7:30 7 h 30 min

l'info en continu

L’OGREFREM offusqué par les attaques contre son DG Patient Sayiba

- Publicité-

Faisant face à plusieurs attaques et rumeurs sur une prétendue arrestation de son Directeur Général, Patient Sayiba, l’Office de Gestion due fret multimodal ( Ogefrem) s’offusque sur ces accusations gratuites.

Cet établissement public dénonce cette campagne de désinformation et d’intoxication contre son directeur général.

- Publicité-

« Lorsqu’on prône cette notion étrange à la majorité des gourrous de la RDC, qu’est la gestion participative et orthodoxe axée sur les resultats, il y a de quoi priver le sommeil à ceux qui se réjouissent de la loi du moindre effort », s’insurge Jean Michel Mutombo.

« En homme averti et pour comprendre l’actualité qui défraye la chronique sur la prétendue l’interpellation du directeur général de l’Office de gestion du fret muntomodal ( Ogefrem), nous ne nous sommes contentés des infos lues sur réseaux sociaux ou publiées par certains médias sans verification préalable; chose que la déontologie journalistique prohibe », a indiqué Jean Michel Mutombo.

« Regrettable que la presse congolaise, qui devrait éclairer l’opinion, est à ce jour envahies par des moutons noirs capables de publier des hérésies et des faussetés extrêmes moyennant quelques billets de banque.

En effet, selon nos sources, par ailleurs crédibles sans l’ombre d’un doute, L’Ogefrem serait victime de son rayonnement actuel au point que beaucoup sont prêts à payer une lourdes factures pour espérer un changement susceptible de leur ouvrir la possibilité d’être nommés à la tête de cet établissement public.

En cela, tous les coups sont permis pour mettre K.O le DG Patient Sayiba. Que lui reproche-t-on exactement? Pour satisfaire cette légitime curiosité, car il s’agit de la gestion d’un patrimoine public, nous sommes remontés dans le temps.

Nous sommes le 13 juillet 2017, lorsque la Haute hiérarchie du pays décide de remplacer le duo KIKWA- INDIA par le duo SAYIBA-MANZILA.
Une décision prise pour sauver une entreprise qui n’existait plus que de nom au grand dam de TOUS; une époque surnommée « LA MOROSITE » que les agents de l’Ogefrem ne voudraient plus jamais entendre parler car pendant ce temps là L’Ogefrem traversait la pire période de son histoire avec notamment 5 mois d’arriérés, l’inexistence de couverture médicale et des frais de fonctionnement, le non versement des cotisations sociales dont l’impôt ou l’IRL, un budget approximatif avec une Direction générale où le titulaire et son adjoint se livrent au quotidien en spectacle dans une guerre ouverte au point de vouloir en venir aux mains.

Bref, une période où les agents sont clochardisés comme ce n’est pas permis. Dans tout ça, et malgré les cris d’alarme des travailleurs à travers notamment leurs syndicalistes, aucune réaction de la justice, de l’inspection du travail ou d’autres autorités politiques n’a suivi.

C’est seulement aujourd’hui que ces tueurs de l’Ogefrem semblent comprendre les notions de bonne gestion alors qu’elles ne sont plus aux affaires. Ils s’erigent curieusement en véritables donneurs des leçons, mais des mauvais praticiens!!!

Pour la petite histoire, et nous servant de l’adage qui renseigne que « quelque soit la durée de la nuit, le jour fini par apparaitre », le 23 juin 2017, les syndicalistes obtiennent la convocation d’une tripartite de la Tutelle de l’Ogefrem alors animée par le Vice-premier ministre MAKILA SUMANDA et la présidence de ladite tripartite a été confiée à son directeur de cabinet.

La megestion est à son comble et KIKWA, alors directeur général, tout comme INDIA, son adjoint, ou encore Jemsy MULENGWA, Prèsident du Conseil d’administration ( PCA), ne peuvent rien pour remonter la pente. Bien plus, le procès verbal de remise-reprise signé le 13 juillet 2017 va davantage mettre à nu l’amateurisme qui s’était installé dans la gestion de ce patrimoine de l’Etat.

Les preuves sont là et sont indiscutables.
A partir de cette dernière date, beaucoup ne croyaient pas au miracle de voir la nouvelle équipe SAYIBA-MANZILA sortir L’Ogefrem du profond gouffre avec l’héritage d’un passif de plus de 40 millions.

Mais avec la détermination, sans pareil, la nouvelle équipe a fondé son action autour de la discipline, du savoir-faire, de la justice et de la paix sociale. D’entrée de jeu, un audit est organisé et les auteurs des malversations qui avaient mis à genou l’Ogefrem sont decouverts et mis hors jeu et ce, malgré les interférences de tout genre fondant leur plaidoyer sur une prétendue chasse à l’Homme à savoir les ressortissants de Kwango.

Dans cette agitation, la Primature s’est saisit de la question, en mettant en place une commission ad dont les conclusions ont constaté la régularité de la procédure disciplinaire et le caractère gravissime des faits qui ont donné lieu au licenciement des 9 agents et cadres.

Pour ces derniers, plutôt que de recourir à la justice pour obtenir une éventuelle réhabilitation, ils ont choisi de saper les efforts des nouveaux animateurs de l’Ogefrem comme si cela pouvait les consoler. Pendant ce temps, les résultats sur terrain ont justifié Patient Sayiba au point de lui valoir le surnom de DOUBLE BABORDS et DG ANDROÏD chanté avec joie par l’ensemble du personnel.

Comme on ne peut s’en douter, tous ces mérites n’arrangent pas les affaires de ceux qui voudraient le voir échouer. Malheureusement pour ses détracteurs, car les stratégies de travail mises en place présentent de plus en plus L’Ogefrem comme le porte etandard d’une gestion avertie et cela va notamment de la signature du protocole actualisé OGEFREM-DGDA, à la mise en place d’un système électronique efficace de gestion du fret congolais à l’import-export, en passant par la régularisation des rapports avec divers partenaires, le retour au civisme fiscal, la régularité de la paie, l’amélioration du budget qui passe du simple au triple, la signature des conventions medicales pour une meilleure prise en charge médicale du personnel, la réévaluation des études sur le méga projet intégrateur et régional, « projet sec de Kasumbalesa », le retour aux fondamentaux d’un céritable Conseil des Chargeurs…

Face à ces résultats spectaculaires, plutôt qu’y prendre plaisir et donner d’autres bonnes orientations dans ces œuvres qui honorent la RDC honorée dans ce secteur, une messe noire tenue par certains compatriotes en mal de positionnement multiplie des stratégies pour éliminer l’artisan et ce, par un melange d’accusations infondées et coup bas à tous les niveaux comme si ce pays n’avait droit qu’à la mediocrité.

A ce jour, nos enquêtes démontrent, sans l’ombre d’un doute, que l’Ogefrem est victime de son rayonnement et que cet acharnement est le fruit de la fameuse politique d’ôtes-toi de là pour que je m’y mette.

Les autorités politiques, les organes de justice, les organes de presse… devraient jeter un coup d’oeil sur le mobile, la technicité et la moralité de ceux qui en veulent à Monsieur Patient SAYIBA , DG de l’Ogefrem car c’est de lui qu’il s’agit et non de l’Ogefrem comme institution.

L’investigation se poursuit pour ne pas voir couler ce patrimoine de l’Etat, victime de son rayonnement actuel, fruit d’une gestion rigoureuse imprimée par le duo SAYIBA- MANZILA.

Propos recueillis par Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU