PUBLICITÉ

Chômage à l’UDPS : Kabund promet une rencontre d’échanges avec les combattants sans emplois

Dans un message audiovisuel, le président intérimaire de l’UDPS Jean-Marc Kabund A Kabund a appelé les militants de son pati dits « combattants « , leur a demandé de l’indulgence et de la patience pour résoudre le problème du chômage qui les guette.

« Il est important de rappeler les difficultés avec lesquelles nous avons accédé au pouvoir et l’état dans lequel nous avons trouvé ce pays. Il y a beaucoup à faire. Raison pour laquelle je sollicite votre indulgence et votre compréhension. Dans les jours à venir, je mettrai en place un cadre spécial de rencontre pour échanger« , a-t-il promis.

- Publicité-

Malgré cet état des choses, Jean-Marc Kabund a affirmé que certains combattants ont déjà trouvé du travail au nom de l’UDPS.

« Il n’est pas vrai, honnêtement parlant, d’affirmer qu’aucun combattant n’a trouvé du travail jusqu’à ce jour pour le compte du parti. Certains parmi nous travaillent déjà à la présidence de la République, dans des cabinets ministériels et, même, dans mon cabinet à l’Assemblée nationale. Nous savons qu’il faut faire davantage « , a-t-il déclaré.

Accusé de verser dans l’anarchie et de cracher ainsi sur la mémoire de l’UDPS, Jean-Marc Kabund A Kabund a soutenu que son engagement n’a pas changé. « Combattantes et combattants, je vous connais et vous me connaissez aussi. Contrairement à ce qui se dit, ni le secrétaire général, ni moi-même n’avons changé par rapport à nos engagements. Notre engagement reste intact. Dépassons-nous, demeurons unis et aidons le président de la République à apporter des solutions aux problèmes de la nation « , a-t-il conclu.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU