Haut-katanga: pour faire face au Coronavirus, Jacques Kyabula compte sur l’apport des entreprises minières

0
4223

Pour faire face à l’épidemie de Coronavirus qui menace le monde. Le gouverneur Jacques Kyabula a présenté le weekend dernier, son plan de contingente de la province du Haut-katanga. Au chapiteau du Pullman Gand Karavia, devant son gouvernement provincial composé d’un pactole des chefs d’entreprises minière.

Plan de contingence chiffré à 6 millions Usd et dont les entreprises œuvrant dans le secteur minier en province du Haut-katanga doivent mettre leurs mains dans la poche pour sa mise en application.

Nous n’avons juste besoin de 6 millions de dollars, qui n’est pas aussi exagéré que ça”. C’est l’appel de Jacques Kyabula à convier les patrons miniers à mettre leurs mains sur la patte afin de prévenir l’épidémie Covid-19 dans le Haut-Katanga. “Si vous nous aidez à trouver cet argent, parce qu’en province on a déjà commencer à disponibiliser certaines ressources, pour lutter en premier lieu. Si il s’avérait que vous donniez cet argent et il y a aucun cas déclaré. Nous allons comptabiliser les besoins effectués. »

Mais cet appel ne semble pas emballer les entreprises oeuvrant dans le secteur minier. Assujettis par le nouveau code minier et ensuite pointé par certains comme quoi, leurs agents sont une porte ouverte d’entrée de l’épidémie dans la province du Haut-katanga. “Nous ne disons pas que ceux sont les miniers qui vont nous amener le coronarivus en province. Si bien sûr il en aura, mais je ne le crois pas car je prie Dieu comme vous”.

Plutôt qu’allarmiste, le Gouverneur joue à l’apaisement, “nous ne disons pas que ceux seulement vous qui soient vulnérable au Coronavirus. Nous (congolais) aussi avons les enfants Chine, des prêtres en Italie, des frères au Cameroun et en Afrique du sud. Donc, si on ne parvient pas à contrôler les mouvements? on risque d’être tous vulnérable”.

Connaissant bien la situation actuelle de l’épidémie: ce n’est pas seulement les agents travaillent dans les miniers qui sont plus exposés ou soient responsables du mouvements de transport de l’épidémie. “Mais c’est toute la population qui est exposée”, a conclu son discours.

Adrien Ambanengo | politico.cd