Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min

Le règlement des arriérés des contributions statutaires au centre de l’échange entre Sylvestre Ilunga et une délégation de CICOS

Ce vendredi 06 mars 2020, le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a reçu une délégation du Comité des Ministres de la Commission Internationale du Bassin Congo Ubangi (CICOS) dans son cabinet de travail.

La délégation de CICOS était conduite par Herbert Gontran DJONO AHABA, ministre Centrafricain du Développement de l’Energie et des Ressources Hydrauliques.

Au centre de leur échange, le règlement des arriérés des contributions statutaires des 6 pays membres.

Il a aussi été question d’échanger sur le fonctionnement de la CICOS dont le siège est établi à Kinshasa mais aussi de son autonomie financière.

Rappelons qu’au lendemain des indépendances, l’intérêt d’exploiter les ressources en eau du fleuve Congo est devenu majeur. Le besoin de concertation en la matière s’est fait de plus en plus ressentir. Les accords inter-états de l’Union Douanière et Économique de l’Afrique Centrale (UDEAC) et la République Démocratique du Congo matérialisent la convergence d’intérêts économiques vitaux entre les États. Ceux-ci s’inspirant des cadres de coopération et d’expériences héritées des puissances coloniales, ont développé d’autres mécanismes de coopération bilatérale (Congo-Centrafrique, Congo-République Démocratique du Congo) et multilatéraux (Congo-République Centrafricaine-République Démocratique du Congo).

Afin de renforcer l’intégration régionale dans le bassin du Congo et de promouvoir une coopération solide entre les États en matière de navigation fluviale, les experts de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et ceux de la République Démocratique du Congo, avec l’appui technique et financier de la CEA, ont élaboré et fait adopter en 1999, par l’ensemble des États concernés, le « Code de Navigation Intérieure CEMAC/RDC ».

Par la suite, ils ont approuvé la proposition de la CEA de mettre en place un organisme de gestion de bassin, chargé de la mise en application dudit code, à l’instar des autres organismes de gestion de bassins tels que le Rhin, le Mekong, le Niger, etc.

Pour concrétiser ce projet, les Chefs d’États des quatre pays riverains (République du Cameroun, République du Congo, République Centrafricaine et République Démocratique du Congo) ont signé le 6 Novembre 1999 l’Accord instituant un Régime Fluvial Uniforme et créant la Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS).
L’avènement de la CICOS comme organe intergouvernemental apporte ainsi une solution durable aux limites des mécanismes de coopération initiés par le passé.

Thierry Mfundu

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...