mercredi, octobre 20, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Pour le Prof. Ntumba Luaba, la visite du vice ministre de la justice aux prévenus est une intrusion malheureuse

- Publicité-

La visite du vice ministre de la Justice Bernard Takahishe Ngumbi ce lundi 02 mars 2020 aux entrepreneurs détenus pour des présumés détournements des fonds alloués pour l’exécution des travaux de 100 jours, n’a pas laissé indifférente la classe politique congolaise.

Après la réaction du Vice-premier Ministre en charge de la justice, Célestin Tunda ya Kasende qui dans un communiqué de presse, a appelé la justice à jouer pleinement son rôle tout en niant avoir conduit une visite de certains prisonniers de manière particulière, ni mandater une tierce personne.

- Publicité-

C’est au tour du professeur Ntumba Luaba, ancien vice ministre de la justice sous Mzee Laurent Désiré Kabila qui a fustigé cette visite du Vice ministre de la justice aux responsables de l’Office des Routes, du Safricas et de Somibo.

Il soutient que cette visite est une instrusion malheureuse dans l’appareil judiciaire et demande à Bernard Takahishe de s’excuser.

« J’ai été Vice ministre de la Justice sous Mzee .Je pouvais rendre visite aux détenus mais jamais aux prévenus sous instruction judiciaire, au risque d’interférer la tâche des magistrats.Une intrusion malheureuse.Qu’il reconnaisse son erreur et s’excuse, » a-t-il indiqué.

Le Vice ministre de la justice s’est défendu en déclarant avoir agit sur instruction du chef de l’Etat.

Notons que le président Félix Tshisekedi lors du dernier conseil des ministres, avait déploré que certains magistrats en charge des dossiers soient l’objet de menaces et manipulations.
Il avait aussi déclaré que certaines personnes interpelées étaient victimes de mauvais traitements dans le but de leur extirper les aveux.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU