jeudi, juillet 2, 2020
DRC
7,189
Personnes infectées
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
4,696
Personnes en soins
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
2,317
Personnes guéries
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
176
Personnes mortes
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
publicité

Sele Yalaghuli: « Il y a nécessité de tout mettre en œuvre pour réussir les engagements convenus avec le FMI »

Le Ministre de finances Sele Yalaghuli se veut rassurant sur la capacité du Gouvernement à contenir le déficit public dans les limites acceptables par le Fond mondial international c’est-à-dire le ramener dans les marges convenues avec le FMI.

« On a déjà gagné un premier pari: celui de l’évaluation des critères et des repères en fin décembre. Le Fond monétaire nous a donné un satisfecit. Il reste la prochaine étape en fin mars donc nous sommes obligés de faire des efforts en tout cas en ce qui concerne le niveau de déficit budgétaire observé au mois de janvier et qu’on observe déjà au mois de février, » a déclaré Sele Yalaguli au sortir d’une réunion avec les
les experts du FMI en mission en RDC.

Ainsi le ministre de finances soutien que l’ensemble du Gouvernement est mobilisé pour gagner ce pari fin mars 2020. « Je peux dire que l’ensemble du gouvernement avec le chef de l’État en tête est tout à fait mobilisé pour gagner ce pari fin mars, » a-t-il ajouté.

Le Gouvernement de la RDC et le FMI ont établi un programme de référence conclu le 16 décembre 2019. Ce programme est censé se clôturer en mai prochain pour céder la place, en cas d’une note satisfaisante, à un programme plus ambitieux étalé sur trois ans (2020 – 2022). Mais avant d’y arriver, la RDC est dans l’obligation de réussir le programme test.

Cette situation n’effraie pas le ministre de finances qui reste optimiste malgré de graves fissures dans les finances de l’Etat observées au mois de janvier et qu’on observe encore au mois de février. Le ministre de finances craint que que ce déficit se creuse davantage et limite les chances du Gouvernement central de gagner le pari de mai 2020

D’autant plus qu’en fin janvier 2020, les opérations financières de l’Etat se sont clôturées par un solde négatif de 136 milliards de FC, couvert par la souscription aux Bons de trésor (42 milliards de FC) et des avances de la Banque centrale du Congo (94 milliards de FC).

D’où son cri d’alarme lancé lors du dernier conseil des ministres tenu le jeudi dernier à la Cité de l’Union Africaine. Il a rappelé aux membres du Gouvernement l’importance de s’impliquer davantage et de faire plus pour réussir ce programme test avec le FMI.

« Il y a nécessité de tout mettre en œuvre pour réussir les engagements convenus avec le FMI, » a fait comprendre Sele Yalaghuli à ses collègues ministres. A ce propos, il note que le gouvernement s’est engagé à éponger fin mars ce défi, a-t-il promu.

Le ministre de finances pense que le Gouvernement est conscient des attentes du FMI et des enjeux que ce programme représente pour la RDC. Il sait aussi que la moindre faiblesse dans les opérations financières risque d’avoir des répercussions fâcheuses sur le trésor public et sur la note finale du programme test conclu avec le FMI.

Il sied de rappeler que les experts du département Afrique du FMI à Kinshasa pour la revue à mi-parcours de ce programme. Ils ont promu d’aider le Gouvernement de la RDC à atteindre ces objectifs pour réussir le programme test avec cette institution du Bretton Woods.

Thierry Mfundu

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Le FMI, les Etats africains n’attendent que les prêts du FMI!!! Aucun pays dans le monde ne s’est développé grâce aux prêts du FMI. Quand le FMI prête, comme toute banque, il attend ses intérêts, mais non seulement le FMI prête avec intérêt, mais aussi en posant des conditions qui font que l’argent emprunté finit par ne servir à grand chose. L’une des conditions posées par le FMI a toujours été de ne pas investir et embaucher dans le secteur public: l’agriculture, l’éducation nationale, la fonction publique, enseignement supérieur, …Or un pays sans services publics satisfaisants ne peut jamais améliorer les conditions de vie de sa population. La deuxième condition: L’argent est toujours débloqué par tranches. Ainsi, le gros du capital reste dans les banques des pays prêteurs, travaillant pour ceux-ci pendant que les pays emprunteurs remboursent déjà les intérêts. Pourquoi les Etats africains empruntent toujours ? Sont-ils si démunis que ça? Le gouvernement congolais ne fait aucun effort pour maximiser les recettes, à part les discours. Le pays fonctionne toujours sous des systèmes mafieux: des simples agents aux douanes, aux affaires foncières, dans les communes, dans les marchés notamment le marché central, des policiers dédiés à la circulation routière……roulent dans des jeeps et se construisent des villas de luxe!!!! Où passe l’argent des paiyages sur différents tronçons routiers? Tous ceux qui prennent l’avion à l’aéroport international de Ndjili payent 55 dolards ( le fameux Go pass), multiplié par le nombre de passagers par vol multiplié par le nombre de vols par jour: Ca fais des dizaines de millions de dolards par an, alors que les agents de la RVA connaissent souvent des mois d’impayés!!! La corruption bat son plein dans les tous secteurs, n’eût-été l’apport de la Diaspora qui envoie des centaines de millions de dolards chaque année, le peuple congolais mourrait simplement de faim. Si on ajoute à tout cela la vente des minerais, du pétrole, du bois…..on peut se demander pourquoi l’Etat congolais a besoin de s’endetter?

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...