mercredi, juillet 15, 2020
DRC
8,163
Personnes infectées
Updated on 15 July 2020 à 19:41 19 h 41 min
DRC
3,988
Personnes en soins
Updated on 15 July 2020 à 19:41 19 h 41 min
DRC
3,983
Personnes guéries
Updated on 15 July 2020 à 19:41 19 h 41 min
DRC
192
Personnes mortes
Updated on 15 July 2020 à 19:41 19 h 41 min
publicité

Mandataires: « ces nominations doivent tenir compte des critères mettant en exergue la compétence et la technicité » (Lokondo)

Les arrangements particuliers entre le FCC et le le CACH sur la nomination des mandataires publics n’ont pas laissé indifférents la classe politique congolaise et la société civile. La dernière réaction en date est celle du député national Henry-Thomas Lokondo, élu de Mbandaka.

Ce dernier souhaite que ces arrangements particuliers tiennent compte des critères mettant en exergue la compétence et la technicité. Selon lui, « la nomination des mandataires de l’Etat à la tête des entreprises publiques ne soit pas politisé.« 

« Il faut un d’abord d’éviter de politiser ces entreprises-là en nommant des gens qui n’ont pas la technicité. Il faut nommer les managers, les gens qui ont l’expérience, il faut mettre en place un criterium qui définit porto robot de ceux qui doivent occuper les fonctions dans plusieurs entreprises de l’Etat », a plaidé Henry-Thomas Lokondo auprès de la radio okapi.

L’elu de Mbandaka pose quelques critères comme le fait que quelqu’un qui a été condamné ou un ancien détenu ne devraient pas être nommé. « Quelqu’un qui a été reconnu comme ayant détourné quelque part comment vous pouvez le nommer ? Quelqu’un qui n’a jamais eu à travailler quelque part, qui n’a jamais géré même deux personnes dans sa vie comment vous pouvez le nommer directeur général ? » , s’est-il interrogé.

En outre, il dit ne pas comprendre comment que le conseil d’administration de la Gécamines, par exemple, soit constitué à quasi-totalité de ressortissants de la province du Katanga. Il s’agit de 8 membres sur 9 qui constituent le conseil d’administration de cette entreprise minière.

« Je voudrais que les amis qui ont toujours l’habitude défendre l’indéfendable, de justifier l’injustifiable, puisse me dire comment dans une entreprise qui est nationale comme la Gécamines et la SNCC sur 9 membres du conseil d’administration, à la Gécamines par exemple 8 sont tous de Katangais, à la SNCC la même chose. Le président de la République, de part ces ordonnances, donc a décrété, a donné à ces entreprises le statut des entreprises provinciales privatisés ? », a-t-il conclu.

Notons que l’ACAJ dans une correspondance adressée aux responsables du CACH et du FCC a exigé qu’un concours garantissant l’égalité de chances et l’apolitisme des futurs mandataires soit organisé.

Thierry Mfundu

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...