jeudi, juillet 2, 2020
DRC
7,189
Personnes infectées
Updated on 2 July 2020 à 15:25 15 h 25 min
DRC
4,696
Personnes en soins
Updated on 2 July 2020 à 15:25 15 h 25 min
DRC
2,317
Personnes guéries
Updated on 2 July 2020 à 15:25 15 h 25 min
DRC
176
Personnes mortes
Updated on 2 July 2020 à 15:25 15 h 25 min
publicité

Les acteurs en énergie renouvelable ont échangé leur expérience sur l’inclusion financière dans un séminaire de GIZ à Goma

Les acteurs dans le secteur de l’énergie renouvelable en RDC sont en séminaire en ville de Goma sur le modèle « pay-as-you-go » , un modèle qui consiste à consommer ce qu’on peut.

Ce séminaire qui se tient du lundi 17 au mardi 18 février traite sur les approches innovatrices et les produits financiers adaptés aux consommateurs à faible revenu.

Cela s’inscrit aussi dans le cadre de l’inclusion financiére qui établie une relation étroite entre le modele « pay-as-you-go » d’accès aux énergies renouvelables et l’inclusion financière permettant aux ménages à faible revenu, les micros, petites et moyennes entreprises à utiliser davantage les services financiers, a dit Espérance N’sarhaza, conseillère technique au projet, Promotion de la finance inclusive.

« Nous avons plusieurs composantes dans le cadre du projet notamment la promotion de l’éducation financière, l’appui aux prestataires des services financiers et la recherche-action dans le secteur minier. C’est dans le cadre de sa 2è composante que nous avons trouvé une relation étroite avec les énergies renouvelables et l’inclusion financière » a-t-elle dit.

« Nous voulons que les ménages à faible revenu, les micros, petites et moyennes entreprises utilisent davantage les services financiers formels. Et pour y arriver il faut qu’il y ait inclusion financière » a ajouté Espérance N’sarhaza

« Cela nous a motivé de réunir ces différents acteurs pour leur permettre de faire des partages des connaissances et de discuter des approches technologiques, commerciales et des produits financiers innovants permettant de nouer des relations et développer un partenariat qui développerait l’inclusion financière »

Ell precise que le projet de promotion de la finance inclusive oeuvre dans 5 provinces: Nord-Kivu, Sud-Kivu, Haut-Uelé, Haut-Katanga et Lualaba.

Espérance N’sarhaza reconnait l’avancée prise par le Nord-kivu dans le monde de l’énergie renouvelable et explique le choix du lieu de ce seminaire. Ledit seminaire organisé par la coopération allemande « GIZ » connait la participation des entreprises spécialisées dans le domaine de l’energie: les entreprises bboxx, Nuru, Altech, Bascons, Districom Africa, … et une entreprise étrangère comme « Mobisol du Rwanda » et qui s’est aussi rependue à travers l’Afrique; les institutions financières dont les IMF et les COOPEC mais aussi les services de mobile money dont Orange Money et les organisations internationales.

Ce projet de Promotion de l’inclusion financière appuie les institutions financières et précisément la catégorie de IMF et des coopec dans le développement des produits innovants.

Merveilles Kiro/Politico.cd

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Vous avez dit analyse ? Analyse biaisée, devriez-vous dire. Trop d’accusation gratuite, trop de mots chocs. Qui vous a payé pour charger ainsi les motards?
    Plus de conséquences (vous vouliez sûrement dire  »inconvénients ») que d’avantages ? Accidents, non respect du code de la route, invectives, etc. N’est-ce pas là le caractère dominant de l’automobiliste kinois et congolais en générale ? Les fameux esprits de la mort, ce sont des wewa aussi ? Le conducteur qui vient d’endeuiller ngaba, était-ce aussi un wewa ? Les conducteurs des Mercedes de la mort, dans quel centre se font-ils former ? Comment oobtiennent-ils leurs permis ? Passent-ils par un test ? Pourquoi ça devient du coup l’affaire des Wewa seul ?
    Pourquoi voulez-vous nous faire croire que le phénomène n’a que Kinshasa pour théâtre et que ce ne sont que les suicidaires qui pratiquent la moto taxi ?!
    Êtes-vous allé à Lubumbashi, Kolwezi, Likasi, Kisangani, Goma, Kikwit, pour ne citer que ces villes. Et l’intérieur profond ? Kasenga, Pweto, Uvira, Aru… Il n’y a pas de motards ? Viennent-ils tous du Kasaï Djama ??
    Ne versez donc pas dans la facilité en prenant vos lecteurs pour des bleus.
    Je pense pour ma part que la moto taxi est un phénomène qui s’est déclenché vers les années 2008-2009, dans les grandes villes suite à la crise qui a sévi dans le Kasaï. D’abord exercé uniquement par les  »migrants » Kasaiens pour les Kasaïens qui exerçaient d’autres métiers (surtout le petit commerce), la  »profession » a séduit plusieurs au point qu’à ce jour, d’autres personnes n’ayant parfois aucun lien avec le diamant se sont lancées dans cette activité ou s’en servent pour couvrir des métiers beaucoup plus illicites, les pickpocket exercent à moto, les bandits cambriolent à moto, etc. Mais ça reste une minorité. La plupart de ces motards ne font que beta libanga pour mettre un repas sur leur table. C’est vraiment méchant de votre part cet article.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...