l'info en continu

Après plus de 2 semaines d’interruption, les cours ont repris à l’ISTA/Ndolo

- Publicité-

Les activités académiques ont repris mercredi à l’Institut supérieur des techniques appliquées de Kinshasa (ISTA/KIN). Et ce, après plus de deux semaines de suspension, suite aux troubles des étudiants qui s’insurgeaient contre la hausse des frais académiques.

Douze étudiants ont été exclus de cet institut et traduits en justice pour avoir été cités comme auteurs de ces troubles du 23 janvier 2020.

- Publicité-

La question de la reprise des activités académiques, a fait l’objet d’un entretien mardi entre la vice-ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU), Liliane Banga Lwaboshi et les membres de Conseil des partenaires (COPA) de l’ISTA/KIN, composé du comité de gestion, des représentants des professeurs, du corps scientifique et administratif ainsi que de la coordination estudiantine rapporte une dépêche de l’ACP.

A l’issue de cet entretien, le directeur général de l’ISTA/KIN, Pr Pierre Kasengedia , a évoqué la décision prise par les membres de COPA/ISTA/KIN de démarrer les activités académiques, le 12 février 2020.
Il a également affirmé avoir déposé au cabinet du ministre de l’ESU, le procès-verbal des réunions tenues par toutes les parties prenantes sur cette reprise des activités académiques et les frais académiques à payer par les étudiants en trois tranches.
L’accès dans les auditoires par les étudiants a été conditionné mercredi par le paiement des frais académiques.
Rencontre avec L’intersyndicale de l’UNILU
Par ailleurs, la vice-ministre de l’ESU, Liliane Banga Lwaboshi, a échangé mardi avec une délégation de l’Intersyndicale de l’Université de Lubumbashi(UNILU) venue présenter son cahier de charge pour l’amélioration de leurs conditions de travail.
Le Pr Claude Moket qui a conduit cette délégation , a affirmé avoir évoqué le tableau barémique des professeurs et d’autres cadres et agents de l’UNILU, le paiement de manque à gagner, mais surtout le dossier l’IPR avec la retenue de 15% de leur salaire à la source.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU