l'info en continu

Le Ministère de l’environnement s’assigne de réaliser 117 milliards des francs congolais en terme des recettes

- Publicité-

Atteindre 117 milliards des francs congolais comme assignations annuelles, c’est l’engagement pris par le Ministère de l’environnement.

Pour matérialiser cette vision, 11 coordonnateurs des divisions provinciales de l’environnement ont signé jeudi 6 février à Kinshasa, devant le ministre de l’environnement Claude Nyamugabo, un acte d’engagement portant sur la maximisation des recettes et la lutte contre la corruption.

- Publicité-

Comme service d’assiette, l’objectif est de permettre au ministère d’environnement d’atteindre ses assignations annuelles qui s’élèvent à 117 milliards des francs congolais.

Le ministre de l’Environnement affirme que cela va permettre de démanteler un réseau d’opérateurs économiques qui ont pour mérite de minorer les recettes du ministère.

Les coordonnateurs sont appelés à demeurer du côté de la maximisation au risque des sanctions administratives ou judiciaires.

« La signature que vous venez d’apposer sur ce document vous engage réellement et vous serez cotés sur base des résultats. Allez donc dans différentes provinces répercuter ce message qui m’engage moi-même parce que j’ai signé en tant que ministre de l’environnement et développement durable. Dites à vos collaborateurs que les choses ont changé dans ce ministère et que le gouvernement de la république attend beaucoup de ce ministère en termes de recettes et en termes de bonne conduite », a expliqué Claude Nyamugabo à la radio okapi.

Étant donné que chaque province a ses potentialités forestières ou minières, Claude Nyamugabo estime qu’il faut que les provinces potentiellement riches fassent plus des recettes que les autres.

« Les assignations sont de 117 milliards de francs congolais. En matière forestière et en matière d’environnement, il y a des provinces qui peuvent faire plus des recettes que d’autres. Nous allons tenir compte de cela.  On a donné le seuil à chaque chef de division en province et ces seuils sont différents selon l’importance de la province », a-t-il précisé.

Le ministre de l’environnement s’inscrit dans la vision du premier ministre qui avait signifié qu’il sera institué au sein de son gouvernement un système d’évaluation basée sur la performance pour chaque ministre.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU