l'info en continu

Dissolution de l’Assemblée nationale : « Notre Constitution a donné au président de la république une position arbitre, au-dessus de la mêlée » (Lambert Mende)

- Publicité-

L’ancien Ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende est revenu lors d’une intervention à la radio RFI ce mercredi 22 janvier 2020 sur la menace de la dissolution de l’Assemblée Nationale brandie par le chef de l’État le dimanche dernier à Londres.

Pour Lambert Mende, « devant la diaspora congolaise à Londres, le Chef de l’État a pris la précaution de dire *Je n’ai pas l’intention de dissoudre l’Assemblée nationale, mais on me poussera à la dissoudre si jamais il y avait des crises qui persistaient* Je pense qu’il y a eu suffisamment de prudence dans la communication du président« .

- Publicité-

Une déclaration qui vient couper l’herbe sous les pieds des autres cadres du FCC, dont la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, qui a eu une position tranchante en menaçant le chef de l’État de destitution. « Chaque fois que des partisans veulent ramener le chef de l’État à de petits jeux de duels partisans, je pense qu’ils ont tort« , a déclaré Lambert Mende.

Il estime que le président de la République a un rôle d’arbitre qui lui met au dessus de la mêlée. « Notre Constitution a donné au président de la république une position arbitre, au-dessus de la mêlée« , a-t-il martelé.

L’ancien porte parole du Gouvernement soutient que la dissolution de l’Assemblée nationale compte parmi les choses qu’on ne peut prédire à l’avance, ni expliquer comment les choses vont se passer et pour lui, la solution actuelle au Congo appelle à une solution du type de celle mise en place par Félix Tshisekedi et Joseph Kabila.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU