Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

vendredi, mai 29, 2020
DRC
2,660
Personnes infectées
Updated on 29 May 2020 à 4:23 4 h 23 min
DRC
2,210
Personnes en soins
Updated on 29 May 2020 à 4:23 4 h 23 min
DRC
381
Personnes guéries
Updated on 29 May 2020 à 4:23 4 h 23 min
DRC
69
Personnes mortes
Updated on 29 May 2020 à 4:23 4 h 23 min

André Tambwe sur la sortie de Jeanine Mabunda: « le fait d’être animatrice d’une institution de la République n’est pas une condition privative de la liberté d’expression »

Dans une mise au point sur l’actualité, le député national André Katambwe est revenu sur la polémique suscitée par la déclaration du président de la République à Londres et la réaction de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda.

Une polémique née selon lui de la fluxion du malentendue qui s’est invitée avec des sorties médiatiques médiatiques exhibitionnistes orchestrés à la fois par une personnalité nostalgique des gouvernements antérieurs à mal de séduction du nouveau régime et par d’autres thuriféraires en quête du positionnement dans le sérail du président Félix Tshisekedi.

Pour le député André Tambwe, il y a lieu de féliciter Madame Jeanine Mabunda pour son intervention qui a ramené l’éclairage nécessaire au dit débat suscité dans un vote contexte totale inapproprié.

Ainsi, ce député soutient que le fait pour Jeanine Mabunda d’être animatrice d’une institution de la République n’est pas une condition privative de la liberté d’expression telle que garantie par l’article 23 de la Constitution.

« En quoi la prise de parole de la Speaker de la Chambre basse peut être considérée comme une menace ouverte et celle du Président de la République comme une admonestation paternelle, » s’est il interrogé.

Quand on sait que dans les pays de grande démocratie comme les USA, la présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, peut contredire le président Trump. Et que cela est vu par tout le monde comme une preuve de la démocratie. Tandis que chez nous, c’est vu comme un manque de respect à l’endroit du président.

Pour lui, le vrai excès de pouvoir réside donc, dans le fait que les nons élus s’arrogent le pouvoir de formuler un rappel à une elue en fonction, gardienne du règlement intérieur de sa chambre.

En conclusion, Tambwe Katambwa estime que le débat est certes inopportun, mais il vient de donner l’occasion à la coalition au pouvoir de mesurer le degré de responsabilité qui incombe à tous les acteurs du clan.

Thierry Mfundu

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...