Trois cadres de l’administration foncière du Nord-Kivu étaient à bord de l’avion qui a raté son décollage ce matin à Goma, annonce le ministère congolais des Affaires foncières dans un message envoyé à POLITICO.CD. Ils sont tous morts, déplore le ministre Sakombi Molendo, qui se dit “profondément peiné”.

Très peiné par la disparition dans le crash du petit porteur de la compagnie Busy Bee survenu ce dimanche matin à Goma, de trois cadres de l’administration foncière du Nord-Kivu qui rejoignaient leurs postes de travail à Butembo et Béni après les séances de travail que j’ai organisées à Goma, j’adresse mes condoléances les plus attristées aux familles de ces compatriotes décédés dans l’exercice de leurs fonctions“, dit le ministre Sakombi.

Un petit avion s’est écrasé dimanche sur un quartier populaire de la ville de Goma, à l’est de la République démocratique du Congo. Au moins 23 personnes sont mortes dans l’accident, qui a également fait de nombreux blessés. Outre les passagers, des habitants du quartier Mapendo figurent donc sans doute parmi les victimes de la chute de l’avion de type Dornier-228. Les secours ne parvenaient pas à donner un bilan pour les passagers et les habitants.

Pour marquer ma compassion et mon émotion, j’ai décidé d’annuler mon retour à Kinshasa prévu ce même dimanche afin de consoler les familles et prendre, en concertation avec les autorités provinciales, les dispositions utiles pour les obsèques. Dieu avait donné, il a repris“, ajoute le ministre Sakombi.

Ministre congolais des Affaires foncières, Sakombo Molendo est arrivé à Goma le mardi 19 novembre 2019, dans le cadre de sa tournée d’évaluation des strcutures foncières du pays. Il avait commencé sa tournée dans le Haut-Katanga, s’entretnenant avec des acteurs locaux.

A Goma, Sakombi Molendo a fait un constat « amer », après la visite du site touristique Mont-Goma, dont les allégations de « spoliation » défrayent  la chronique depuis plusieurs semaines maintenant et avaient poussé même le gouverneur de province Carly Kasivita à ordonner le scellage de toutes les maisons construites sur le pied de la colline, avant que le procureur général près la cour d’appel du Nord-Kivu n’ordonne à son tour la réouverture des maisons 5 jours après.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *