La marche organisée l’initiative de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC) et plusieurs partis politiques, dont le parti présidentiel l’UDPS, pour soutenir la gratuité de l’enseignement primaire a vécu ce samedi 09 novembre 2019 à Kinshasa et dans plusieurs autres villes de la République dont notamment à Kananga, Lubumbashi, Fizi, Matadi, Mbuji-mayi.

À Kinshasa, la pluie n’a pas empêché près d’un millier de personnes de battre les pas sur les rues boueuses pour soutenir cette marche arborant des banderoles et scandant des chansons de soutien au chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi et à la mesure de la gratuité.

Partis du boulevard Triomphal, les membres de la NSCC, les partisans de l’UDPS, et les autres organisations de la société civile ont chuté au ministère de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) où ils ont déposé un mémorandum.

Les manifestants ont dans leur mémo remis au ministre de tutelle, demander plusieurs choses entre autres que la gratuité atteigne les 7ème et 8ème années, la construction et la modernisation des infrastructures et enfin, les mesures de financement des écoles.

Devant la presse, Serge Bondedi, coordinateur de de l’ONG Young Man Association for Education (YMAE) et l’un des organisateurs de cette marche, a demandé au Gouvernement de redoubler des efforts pour que la gratuité soit effective les classes de 7ème et 8ème années.

« Notre mémo au ministre n’avait qu’un seul message, celui du soutien à l’effectivité et la consolidation des mesures de la gratuité.Et pour que cela puisse durer plus longtemps, nous avons invité le gouvernement à redoubler les efforts notamment dans le processus d’identification des enseignants à tous les niveaux, que cela ne reste pas seulement au niveau de primaire puisqu’on a vu qu’en 7ème et 8ème certaines écoles demandent encore des frais supplémentaires.

Et d’ajouter: “D’autres problèmes persistent encore notamment ceux liés aux infrastructures, il y a les mesures de financement innovant, et tant d’autres que nous avons présentés au ministre. D’entrée de jeu, le ministre a félicité l’acte qui démontre l’adhésion populaire dans cette gratuité et a promis qu’après avoir exploité le mémo, il va nous convier pour d’autres séances de travail.”

Jonas Tshiombela,  coordonnateur de la NSCC et initiateur de cette marche, a quant à lui remercier les participants et la police pour l’encadrement des manifestants.

Il a promis au ministre de revenir pour voir le niveau d’applicabilité des mesures.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *