L’opérateur politique Janvier Tshov n’épouse pas la proposition d’une transition en vue des élections anticipées. Ce cadre d’ensemble pour le Changement de Moïse Katumbi juge cette initiative d’anti-constutionnelle.« Nous ne pouvons pas dans ce pays aller de compromis en compromis. Nous devons militer pour le respect de notre constitution» a-t-il déclaré.

Janvier Tshovo soutient que: « Les élections de décembre 2018 ont été chaotiques, mais quoi qu’il en soit, il appartient à ceux qui gèrent le pays aujourd’hui à se surpasser pour être des hommes d’État soucieux de la chose publique au profit de la population.»

En ce qui concerne la création du conseil National de réformes des institutions (HCNRI), Janvier Tshovo s’oppose à l’idée. « Nous avons l’Assemblée Nationale et le Sénat pour toute question de réforme institutionnelle. Nous ne pouvons continuellement chercher à créer des structures pour que les personnalités politiques trouvent leur compte» a-t-il indiqué.

Pour ce cadre d’ensemble pour le changement, la création d’un Haut conseil des réformes tel que proposé par Martin Fayulu est anticonstitutionnelle. Il s’agit pour lui d’une structure budgétivore.

« Penser à créer une nouvelle structure, c’est une démarche tendant à nous amener à la table des négociations. On veut qu’on trouve un compromis politique pour que des individus aient leur compte. Nous ne sommes pas de cet avis. Le plus important c’est d’avoir des bonnes élections en 2023» a soutenu cet opérateur politique. Et de conclure: « On ne peut pas chaque fois négocier, ça n’avance pas le pays. On ne peut pas chercher à créer des structures pour que X ou Y se retrouvent.»

Pour rappel, Martin Fayulu arrivé deuxième à la présidentielle de décembre 2018 se considère toujours comme vainqueur. En séjour en France où il a animé une série de conférences, l’opposant congolais a proposé la ténue d’un dialogue de sortie de crise entre LAMUKA, le FCC et le CACH pour une transition de 18 mois. En deuxième lieu, il appelle à la mise place du Haut Conseil national des réformes institutionnelles (HCNRI), qui sera chargé des réformes urgentes de la CENI, la sécurité, la défense et la lutte contre la corruption.

✍ Junior Ngandu / Politico.cd◼

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *