Il n’a pas eu la chance de concourir à la Présidentielle du 30 décembre dernier, laissant Martin Fayulu le représenter. Si l’Est de la RDC s’est contenté du candidat numéro 4 en l’absence de son enfant chéri, il pourra cette fois se retrapper. Moïse Katumbi a décidé depuis samedi d’y entamer une grande tournée

A Goma, c’est un monde fou qui l’accueilli en triomphe, paradant à ses côtés dans la capitale du Nord-Kivu. Réconforté, Moïse Katumbi met aujourd’hui cap vers Beni, cette ville gâtée tantôt par les groupes armés, tantôt par la maladie à virus Ebola.

Sur place, une mobilisation s’organise déjà. Les banderoles sont montées, alors que les principales place de la ville commencent à être envahies par des dizaines des partisans. Certains d’entre-eux ont l’impression de vivre un événement unique. “Moïse Katumbi Chapwe est notre Président, nous l’attendons impatiemment, qu’il vienne voir comment on souffre”, explique Chantal Katsuva, leader d’une association des femmes d’affaires locale.

Un peu plus loin, vers le Rond-Point Nyamwisi, c’est des militants venus de Butembo, située à une cinquante de kilomètres, qui veulent voir l’invité du jour. “Nous avons marché depuis Butembo, nous voulons le voir, lui parler de nos problèmes”, explique Fiston.

A Goma, Moïse Katumbi a affirmé son engagement envers les populations locales autour des enjeux sécuritaires, sanitaires et même alimentaires. Ici à Beni, il devra rencontrer une population qui espère de lui un miracle, souvent délaissée par les autorités.