Dans le cadre du programme d’amélioration programmée des conditions des prisonniers, le Vice-Premier ministre, ministre de la justice et garde des sceaux, Célestin Tunda Ya Kasende, annonce la libération d’environ 300 détenus ce samedi de la prison centrale de Makala en rénovation.

Nous allons procéder à la libération des prisonniers qui remplissent les conditions à la prison de Makala. C’est dans le cadre du désengorgement des maisons carcérales en RDC“, a expliqué le Vice-Premier ministre, ministre de la justice et garde des sceaux sur Top Congo FM.

Ne se limitant pas aux seules mesures libératoires, Célestin Tunda Ya Kasende, annonce aussi plusieurs autres mesures notamment l’amélioration des conditions carcérales des prisonniers.

Une politique d’amélioration des conditions carcérales est planifiée et nous allons par exemple séparer les mineurs des adultes, en construisant des établissements de rééducation adaptés“, a-t-il déclaré.

S’agissant de l’alimentation et les soins de santé des prisonniers, “toutes les dispositions sont prises pour la gestion de ces questions”, a souligné le grade des sceaux.

Et de poursuivre:

“Les prisons du pays seront rénovées et on a commencé par [celle de] Makala. Un plan d’extension est disponible pour ce lieu de détention. Des pavillons sont dejà rehabilités, six autres sont en cours de réhabilitation”.

En ce qui concerne la mort d’une dizaine de détenus à la prison de Bukavu au Sud-Kivu, objet de la grève du personnel soignant de la dite prison, Célestin Tunda Ya Kasende dément cette information.

“Il n’y a pas de mort à la prison de Bukavu,” a-t-il indiqué.

Pour le ministre de la justice, “On a plutôt enregistré le décès d’un détenu de la prison de Kabaré”.

Notons qu’un mémorandum avait été remis au gouverneur du Sud-Kivu par le personnel du principal centre de détention de Bukavu ce jeudi.

Dans leur démarche, déclenchant la grève, le personnel soignant de la prison de Bukavu y déplorait 45 décès des détenus depuis janvier qu’il expliquait par une mauvaise politique en terme de prise en charge sanitaire des personnes incarcérées.
Le gouverneur du Sud-Kivu avait réagi en disant que ce dossier est “sous étude”.

Plusieurs ONG pointent la RDC comme étant un pays dont les conditions carcérales sont déplorables et inhumaines.

Thierry Mfundu