Partis de l’Institut Mont de Goma, la marche pacifique des enseignants de la ville de Goma a bel et bien eu lieu ce lundi 14 octobre sous l’encadrement de la police nationale congolaise

Ces professionnels de la craie réclament de l’Etat la paie des NU et NP mais aussi la suppression des zones salariales créées, selon eux, par le nouveau ministre de l’EPS-T.

Arborant des branches des palmiers, avec des stylos rouges et un tableau sur lequel, on pouvait bien lire: “Soutenons, la gratuité de l’enseignement telle que prônée par le Chef de l’État; que l’État paie les Nouvelles Unités et les Non Payés; non à la prime des parents; respect des accords de Bibwa; non aux zones salariales“, ces chevaliers de la craie ont terminé leur procession au Gouvernorat de la province où ils ont déposé un mémorandum entre les mains du directeur de cabinet.

Un de leus délégués a lu à haute voix leurs différentes revendications. “Nous vous informons que qu’il s’observe une confusion dans l’interprétation des textes sur la gratuite de l’enseignement de base et sur la prise en charge des enseignants NP et NP et le personnel ajoins. Nous sollicitons votre implication“, ont-ils écrit dans leur mémo.

Le Directeur de Cabinet du Gouverneur a promis que leurs revendications seront prises en compte et étudier selon une approche objective et globale parce que d’après, Kahindo Maregane, “500 enseignants en grève, c’est 5000 enfants qui sont sacrifiés à la maison.”

Les manifestants ont salué la police pour l’encadrement de leur manifestation et tout le monde est rentré chez lui après le dépôt du mémorandum.

Thierry Mfundu