Inviter les jeunes à s’engager dans la non-violence, voilà qui a justifié l’organisation à Lubumbashi de la conférence-débat le 10 octobre 2019. L’initiative est partie de HABARI RDC, la plateforme de Blogueurs Congolais en partenariat avec l’Institut Français de Lubumbashi.

D’après Didier Makal membre de HABARI RDC à Lubumbashi, l’objectif majeur tend à obtenir l’adhésion des jeunes dans la lutte pour la non-violence. « Dans l’histoire récente de la RDC et cela dure d’ailleurs depuis la colonisation, l’image du pays présente de troubles, guerres et violences. Nous avons pensé de la nécessité de rassembler les jeunes autour de leur responsabilité dans un monde épris de paix .» a indiqué le blogueur congolais.

La RDC en général et la ville de Lubumbashi en particulier n’est pas en marge des scènes des violences. Les jeunes ont souvent recouru à des voies non orthodoxes, l’orqu’il s’agit de revendiquer un droit.

Le pays ne pouvant se développer dans la turbulence, la recherche de la paix a été au centre de ce face aux jeunes. Le Professeur Abbé Louis Mpala Mbabula, a démontré qu’aucune société ne s’est développée dans la violence.

Pour l’Abbé Louis Mpala, la violence n’est pas seulement le fait du recours à la force. « Le combat de compétence consistant à écarter quelqu’un par tribalisme parce que non originaire est une forme de violence. Il y a la violence économique sous forme d’exploitation humaine. La haine jusqu’à abroger la vie à son semblable, est une violence .» a-t-il expliqué.

Pour le Professeur, « l’éducation pour la lutte non-violente doit commencer dès le sein maternel ». Il a insisté que « la lutter pour la vérité doit l’emporter afin que l’injustice s’en aille. Ne pas aimer quelqu’un par intérêt égoïste mais plutôt sans rien attendre en retour. »

« Tous les êtres naissent égaux, la seule dette à l’humanité est l’amour. La non-violence n’est pas une faiblesse, c’est d’abord une conviction de la maîtrise de la peur et de la colère » a soutenu le prélat catholique.

Parlant de la culture du bien être universel, le conférencier a lancé un appel aux jeunes à intérioriser le principe qui stipule: « qu’il ne faut jamais faire à autrui, ce qu’on aimerait jamais subir». Le Professeur Louis Mpala a recommandé à la jeunesse avenir du présent et du futur, à mettre en pratique tous les conseils sur la manière de combattre la violence par la non-violence. La finalité d’après lui, est de bâtir une société, où il fait beau vivre.

Les participants, chacun est venu apporter ses expériences de la violence et de la non-violence. La tendance à devenir acteurs du changement de mentalité, voilà qui a caractérisé les jeunes dans la logique non-violente.

Junior Ngandu | Politico.cd◼

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *