La présidente de l’assemblée nationale Jeanine Mabunda a décidé de suspendre la cellule de communication et son personnel à dater du 03 octobre 2019.

Selon une note de service du cabinet de la présidente de l’assemblée, la clé du local de la cellule doit être restituée à la direction du matériel au plus tard le 05 octobre 2019 à 11h00.

Notons que cette décision intervient à la suite d’un scandal sur les détournements des primes des agents de cette cellule.

Sur une liste de 59 membres que composent la cellule de communication de la Présidente de l’Assemblée Nationale, seuls 12 se présentent au travail.
Dans une décision prise le week-end dernier, les 47 autres membres de cette cellule ont été révoqués.
Les 47 membres membres révoqués percevaient leurs salaires chaque mois sans travailler alors que les autres travaillent tous les jours.

Ce serait le cas, apprend-on, de la prime des membres de la cellule de Communication, nommés par la Décision du Président du Bureau provisoire de l’Assemblée Nationale. L’enveloppe de cette cellule continuerait à sortir jusqu’à ce jour pour 48 personnes. Monsieur Rigaud Gomba, qui se prévaudrait aussi de la qualité de Conseiller en Communication, se serait arrogé le droit de nommer 12 personnes pour renvoyer verbalement tous ces professionnels (48) des médias qui continuent à rendre d’énormes services non payés pour le rayonnement de la Chambre basse du Parlement. Il aurait été suivi dans cette besogne par Mlle Teza, aussi Conseillère en communication non encore nommée de l’honorable Présidente qui aurait envoyé en lieu et place des 48 personnes se trouvant sur la liste de la Cellule laissée par le Bureau provisoire qui ne peut être relevée que par une décision de l’honorable Présidente, une autre liste de 30 noms au CDF pour que celui-ci paie. Ce qui aura surpris les services administratifs et financiers de l’Assemblée nationale, d’où les premières alarmes sonneront,” a rapporté un lanceur d’alerte.

Le vice-premier ministre et ministre du Budget a il y a quelques semaines, bloqué plus de 5000 comptes des agents fictifs qui recevaient l’argent de l’État sans travailler.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *