Depuis ce mecredi 01 octobre, les enseignants des écoles conventionnées protestantes réunis au sein du syndicat national des enseignants protestants (SYNEP) de la province éducationnelle Nord-Kivu 1 ont entamé un mouvement de grève.

Une decision prise à l’issue de leur assemblée générale tenue ce mardi 01 octobre à Goma.

Au cours de cette assemblée générale, les enseignants ont tablé sur le niveau d’exécution de leur cahier de charge par le gouvernement pour continuer à enseigner. Plusieurs revendications sont contenues dans ce cahier de charge contient entre autre la paie des enseignants nouvelles unités(NU), la mécanisation de certains d’entre eux, la prise en charge par le gouvernement des écoles non budgétisées par l’Etat et la majoration de leurs salaires.

Cette décision est intervenue lors du rapport donné aux enseignants par leur délégation syndicale après leur récente rencontre avec le ministre provinciale de l’éducation.

Parmi les choses décriées, il y a la mise en place dans quelques jours d’une circulaire du ministre national de tutelle concernant les NU et les enseignants non mécanisé. Aussi, la prise en charge lors de l’élaboration de l’édit budgétaire provincial de certaines écoles protestantes ne figurant pas sur la liste de celles qui sont prises financièrement par l’Etat.

Les enseignants ont directement rejeté toutes ces décisions. Pour eux, il s’agit d’une ingérence des politiciens dans les affaires internes d’où le déclenchement de la grève.

« Notre position est que nous commençons la grève dès maintenant et nous allons la lever le jour où tous les enseignants seront payés par le gouvernement et non les parents. Que ces députés là et les ministres viennent enseigner les élèves. Que tous les enseignants soit aussi mécanisés et les écoles non prises en charges par l’Etat, que ce dernier s’en occupe pour rendre effective la gratuité de la formation de base. On nous a parlé de la majoration de salaire plus de 30.00 francs, mais c’est faux ! Parce que c’est lui qui a touché le mois de septembre a eu 150.000 francs et aujourd’hui comme ils ont su qu’il y aura un mouvement de grève, on a dit qu’il y a déjà de l’argent en banque, c’est faux !», se révolte Baala Shamavu Innocent, enseignant à l’institut Majengo auprès de la presse.

Notons que la grève des enseignants des écoles conventionnées catholiques ont créé des fortes tensions à Bukavu, au Sud Kivu où la population s’en est pris aux écoles catholiques pour exiger la gratuité de l’enseignement.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *