Le tribunal militaire de garnison de Bunia s’est prononcé dans l’affaire des massacres de civils à Djugu en province de l’ituri entre l’année 2017 et 2018 samedi 28 septembre 2019 au cours d’un procès qui reprenait deux mois après avoir été suspendu.

Selon les sources militaire de la région, au total 76 personnes étaient poursuivies par le ministère public pour crime de guerre par tuerie, déportation, incendie des maisons d’un village, mutinerie, pillage, meurtre…

Selon le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l’armée dans la région, 14 des 76 prévenus sont mort dans la prison à Bunia et 62 ont comparu samedi 28 septembre avant le veridict.

Ces personnes qui étaient au nombre se 76 étaient poursuivies pour crime de guerre. 14 sont mortes en prisons et 65 ont été devant le tribunal ce samedi dans le dossier Djugu 1” a-t-il révélé à Politico.cd

55 reconnus coupables et condamnés en perpétuité

À en croire la même source officielle, “de ces 62 personnes qui ont comparues, 55 ont été reconnues coupables de crime de guerres et ont été condamnées à la peine la plus forte (en perpétuité ). Parmi ces condamnés l’on note un élément des FARDC, un élément de la police et un autre de l’ANR”

Sept accquitements

Les juges ont «acquitté sept autres personnes», a précisé à politico.cd le porte-parole militaire qui precise tout de même que les personnes condamnées ont 5 jours pour faire appel.

Pur rappel vers fin 2017 et début 2018, le territoire de Djugu a été secoué par des violences intercommunautaires, entraînant plusieurs morts de civils et des déplacements massifs des population vers le pays voisin dont l’Ouganda, de l’autre côté du lac Albert.

Cette province de l’Ituri avait encore été l’objet des conflits interethniques entre les Hema et le Lendu; des conflits qui avaient causés des dizaines de miliers morts entre 1999 et 2003.

Merveilles Kiro/Politico.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *