La cour militaire du Lualaba a ouvert ce mardi 17 septembre à Kolwezi le procès en flagrance sur la tentative de meurtre au night club Six Seven contre les proches du ministre provincial des infrastructures du Haut-Katanga, Miguel Katemb Kashal, impliqués dans la tentative de meurtre d’un motard.

Trois hommes en uniforme parmi lesquels ses deux gardes du corps et un sergent de la garde républicaine sont poursuivis pour violation de consigne et tentative de meurtre.

Le 4ème prévenu est un civil du nom de Mumba Étienne, ami au ministre, qui aurait tenté d’embarquer la serveuse Armanda Mukwele travaillant pour le compte du night club Six Seven.

Contrairement à certaines allégations, la cour militaire du Lualaba a identifié le ministre provincial des infrastructures du Haut-Katanga, Miguel Katemb Kashal, comme renseignant et non pas comme prévenu dans ce procès.

Le prévenu Njoko Ruphin, qui avait ouvert le feu contre le motard, a expliqué que le ministre Miguel Katemb Kashal n’était pas sur place lors du déroulement des faits.

D’autres témoignages racontent que Miguel Katemb Kashal était dans sa chambre d’hôtel pendant le déroulement de l’incident.

Au cours du procès, le prévenu Njoko Ruphin qui est le garde du corps du Ministre, a cité un certain Mumba Tshisekedi qui voulait embarquer de force la serveuse de 21 ans.
C’est pourquoi, il a dû réagir en légitime défense.

La dame repondant au nom de Armanda Mukwele, était aussi présente à l’audience foraine de ce mardi au stade Diur en tant que renseignant tout comme monsieur Copa Isaac, le manager de six seven.

L’homme qui l’accompagnait était d’après ses dires monsieur Mumba Étienne.

Pour rappel, Miguel Katemb Kashal en mission à Likasi s’est retrouvé à Kolwezi dans la province du Lualaba, le week-end dernier lorsque son son garde du corps a tiré sur un motard qui a protesté, selon les sources locales, contre l’embarquement d’une serveuse dans un véhicule dans la cité manika, au night club Six seven.

Le motard grièvement blessé, a été transporté d’urgence dans un hôpital de la place où son état demeure critique.

En attendant le verdict final, la cour militaire du Lualaba poursuit l’audition des témoins afin d’établir les responsabilités dans le dossier qui implique le ministre et son garde du corps.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *