Répondant à une missive de la FEC qui s’oppose à une mission de l’inspection générale des finances auprès de ces membres, le Directeur de cabinet du Président de la République dans un courrier adressé à la Fédération des Entreprises du Congo, invite l’inspection générale des finances de mettre fin à ses missions de contrôle auprès de 4 entreprises membres de la FEC dont la BRALIMA, BRACONGO, COMEXAS, CENTRAL MOTORS et SOCIR.

Pour la présidence de la république, les inspecteurs des finances n’ont pas reçu les instructions préalables de la Présidence de la République pour mener cette mission.

« Les missions de l’Inspection générale des finances devraient requérir l’instruction de la Présidence de la République dont elle en dépend, ou tout au moins, en être informé, conformément à l’ordonnance du 8 décembre 2009 modifiant et complétant celle du 15 septembre 1987 portant création de l’inspection générale des finances », peut on lire dans le courrier du dircab du chef de l’Etat.

Cette réaction de la présidence de la république qui bloque une mission de l’inspection générale des finances intervient dans un contexte marqué par le blocage d’une autre mission, celle là à la présidence de la république après un présumé détournement de 15 millions de USD.

Giscard Kusema, Directeur adjoint à la presse présidentielle, a confirmé l’authenticité de la lettre du Directeur de cabinet du Chef de l’État lors d’une interview accordée à Top Congo FM.