La République démocratique du Congo pourrait bien tirer son epingle du jeu lors du TICAD 2019. Elle pourrait bénéficier d’un appui financier du Japon sous forme des prêts concessionnels.

C’est ce qu’a expliqué la porte-parole adjointe du Président de la République, Tina Salama à nod confrères de la Radio Okapi. « La pourrait bénéficier des prêts concessionnels du Japon lors de ce TICAD 2019. Ce type d’appui et le non négligeable, c’est ce qui nous intéresse », a-t-elle affirmé.

Le président de la République Félix Tshisekedi qui séjourne au Japon pour assister à la 7ème édition de la Conférence internationale sur le développement de l’Afrique de Tokyo (TICAD) pourra discuter avec le gouvernement sur la possibilité de rendre la RDC éligible à ces prêts selon Tina Salama.

« La RDC n’était plus éligible puisqu’elle était insolvable. Le Japon avait financé par le passé le Pont Maréchal qui n’avait jamais été remboursé ou payé par le gouvernement congolais. Et du coup, on n’était plus sur la liste des prêts concessionnels », a-t-elle indiqué.

Tina Salama estime que les prêts concessionnels etant des financements dont la hauteur est illimitée, la RDC est censée avoir accès à ces prêts. « Vous pouvez contracter des prêts, mais le montant est illimité et le taux est très bas. Donc la RDC a intérêt à pouvoir avoir accès à nouveau à ces prêts concessionnels », déclare la porte parole adjointe de la présidence.

En dehors des prêts concessionnels, la RDC pourrait bénéficier desb autres types d’appui de la part du Japon au cours de ce TICAD 2019. « Il y a l’appui technique qui consiste tout simplement en une sorte de renforcement de capacités dans différents domaines.
Les japonais pourront aussi faire des dons, pour attirer les pays africains. C’est le deuxième appui, ce sont des dons non remboursables
 », a-t-elle révélé.

Toutefois, Tina Salama précise que ces dons doivent passer nécessairement par leurs industries ou entreprises.

Dans cette optique, le président de la République va rencontrer les responsables de ces entreprises là comme Toyota, Mitsubishi et d’autres.

Notons que plus de 4 500 participants sont attendus lors de ce TICAD 2019 et parmi les participants, il y a des chefs d’États et de gouvernements, ainsi que des représentants d’organisations internationales et régionales, du secteur privé, d’ONG et de la société civile.

Ces assises débutent ce 28 août et vont se clôturer le 30 du même mois. Elles se tiendront à Yokohama au Japon.

Thierry Mfundu