l'info en continu

Bukavu : trois morts dans un éboulement de terre, la société civile veut des sanctions contre les services impliqués dans la vente des sites impropres

- Publicité-

Trois morts et un rescapé c’est le bilan provisoire d’un éboulement survenu le mardi 27 août 2019, le drame s’est produit entre les avenues route d’Uvira et Industrielle, en face du centre de recherche et bibliothèque Cerdaf et de la Direction Provinciale de l’Office Congolais de Contrôle, OCC, dans la ville de Bukavu; bilan confirmé par la mairie de Bukavu.

Selon nos sources sur place, ces personnes terrassaient la parcelle d’un particulier et par malchance indiquent nos sources, ils ont été englouties par une masse de terre et sont morts asphyxiées.

- Publicité-

D’autres sources indiquent que les victimes sont des fidèles de l’église 5ème CELPA NAYOTE.

Sur place, le maire de la ville de Bukavu, Bilubu Ulengabo a déploré cet éboulement avant de faire savoir que ce site est impropre à la construction et rassure que les enquêtes seront ouvertes pour identifier vendeurs et acheteurs de ce site.

En réaction, dans un communiqué rendue par le Bureau urbain de la société civile, dénonce la vente illicite des parcelles par les services attitrés. Il dit aussi être profondément choqué de ce drame et pointe du doigt la responsabilité des autorités urbaines.

« Comment comprendre que des sites dangereux et impropres à la construction soient vendus et distribués aux populations au vu et au su des dirigeants sans qu’aucune sanction ou même une enquête ne soit déclenchée pour décourager ces phénomènes qui endeuillent la ville ?», s’interroge Zozo Sakali, président Urbain de la société civile.

Ce dernier accuse les services de cadastres, de l’urbanisme, des titres fonciers et de l’habitat pour avoir excellé dans la vente des sites impropres dans plusieurs coins de la ville de Bukavu.

Il cite le site pwempwe dans le quartier Mosala, le site Kabwa kasire à Rukumbuka dans le quartier Kasali, Elakat dans la commune d’Ibanda, Cibera (en face de la maison mbiza) dans la commune de Kadutu, Bresky à cimpunda, tous les cimetières de la ville.

Par la suite, le bureau urbain de la société civile de Bukavu demande au gouvernement de sanctionner ces services qui facilitent la vente illicite de ces sites impropres, qui mettent en danger la vie des habitants.

Rappelons qu’il y a quelques mois 5 personnes d’une même famille avaient perdu la vie dans la commune de Bagira, dans les mêmes circonstances.

Thierry M. RUKATA/Politico.cd

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU