Dans un communiqué du mouvement du 23 mars (M23) à la suite de la signature du mémorandum de Luanda entre le Rwanda et l’Ouganda ce 21 août, le
Mouvement du 23 mars salue la signature, ce mercredi 21 Août à Luanda d’un mémorandum d’entente entre la République du Rwanda et la République de l’Ouganda pour améliorer les relations politiques et économiques entre ces deux pays frères et amis qui, non seulement, marque ainsi la fin de la crise qui les a opposé pendant plusieurs mois mais aussi augure une nouvelle ère de résolution pacifique des conflits entre nos pays de la Sous-région lit-on dans ce document.

Notre Mouvement se félicite du rôle positif qu’a joué le leadership de notre pays, la République Démocratique du Congo, pour la résolution de ce différend et affirme sa fierté d’appartenir à une RDC Nouvelle qui désormais, à travers cet acte, assume son rôle de locomotive des pays de la sous-région à travers des initiatives de paix et de résolution pacifique des conflits entre nos voisins” écrit le communiqué signé par Bertrand Bisimwa, responsable politique de cette ancienne rébellion.

Le M23 appelle à cet effet le leadership de la RDC à capitaliser ce climat d’entente mutuelle entre les pays de la sous-région et à créer, à l’interne, les conditions qui assurent la promotion de cette nouvelle dynamique de résolution pacifique des conflits afin de restaurer définitivement la paix dans l’Est du pays.

Les ex-rebelles du mouvement du 23 Mars, en exil au Rwanda et en Ouganda, ont pendant plusieurs années été opposés à l’ancien régime de Joseph Kabila, accusant ce dernier de mettre en mal l’application des prescrits de l’accord de Nairobi.

Suite à cette frustration un groupe d’officiers de cette rébellion avait tenter d’attaquer de nouveau le territoire national dans le périmètre situé entre les volcans éteints Mikeno et Sabinyo avant d’être défaits par l’armée Congolaise.

Depuis l’élection de Félix Tshisekedi à la tête de la République Démocratique du Congo en début d’année en cours, plusieurs ex membres de la rébellion du M23 ont regagné le territoire national par l’aéroport international de Goma, après avoir signé l’acte d’engagement, qui le détache de tout activisme militaire au sein de l’ancienne rébellion.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD