Le mouvement de grève enclenché à l’Université de Kinshasa, se poursuit sans désemparer. Mais à l’Université de Lubumbashi, le mot d’ordre pour emboîter les pas à l’UNIKIN n’a pas été donné du moins jusque-là.

En effet, c’est à l’issue des Assemblées générales des enseignants  (APUKIN et APUCOM), que les professeurs de l’UNIKIN avaient levé l’option de cesser le travail faute de satisfecit à leurs revendications.

Pour ce qui est de l’Université de Lubumbashi, le professeur Jean-Claude Moke secrétaire général de l’intersyndicale , a fait savoir que les représentants de l’ACASUL (Association du Corps Académique et Scientifique de l’UNILU) se rendrons incessamment à Kinshasa pour joindre leurs voix à celle de leurs collègues de l’UNIKIN, dont les revendications sont communes et de se fixer sur la marche à suivre en province après cette rencontre.

Nous attendons voir si le gouvernement va tenir à ses promesses face a nos réclamations. Tout ne dépend que de son comportement envers les enseignants. Je me rends la semaine prochaine dans la capitale Kinshasa, pour déposer aussi un cahier de charge des revendications de professeurs, corps scientifique et administratif de l’Université de Lubumbashi ”.

Le gouvermement congolais qui se dit déterminé à améliorer la rémunération des professeurs, en se penchant a leur situation, a commencé par crédité les comptes d’établissements de Kinshasa, avant d’aller en province. Ce qui n’enchante pas l’intersyndicale de l’UNILU.

La probabilité de se pencher à la grève est trop grande. Connaissant le gouvernement qui a toujours privilégier les enseignants (professeurs) de Kinshasa et oublier les provinces. C’est qui est inacceptable, et nous n’allons pas tolérer ça ” a indiqué le professeur Jean-claude Moke, tout en promettant de se prononcer sur le mot d’ordre à donner aux professeurs, dans quelques jours.

✍ Adrien Ambanengo | Politico.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *