Le ministre de Relations avec le Parlement, Justin Bitakwira, lors d’un atelier à Kinshasa, le 17/02/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

L’Association des anciens élèves du collège Notre Dame de Mbasa-Mboma dans la province du Kongo Central a adressé un mémo au président de la République Félix Tshisekedi le 10 août pour dénoncer une mauvaise exécution du projet d’adduction d’eau potable à Mbasa-Mboma par le ministre du développement rural Justin Bitakwira.

Sur 419 millions, 631 mille 663 francs congolais, soit 261 mille, 452 dollars du coût global du projet, le ministre avait déjà perçu 300 millions de francs congolais du trésor public. Sur terrain, le volume de travail et la qualité d’eau produit ne convainquent pas l’ASSACOM qu’ils soient l’équivalent de l’enveloppe que Justin Bitakwira a perçu. Dans l’entre-temps, le ministre a déjà engagé des démarches pour avoir le cent dix-neuf millions six-cent trente et un mille 663 francs congolais restants selon l’ASSACOM.

L’ASSACOM demande à Félix Tshisekedi, cet ancien du Collège Notre Dame de Mbasa-Mboma, de suspendre le décaissement des frais restant si le processus a déjà été déclenché ; d’ordonner l’arrêt provisoire des travaux de ce projet d’adduction d’eau ; puis d’instruire un audit de 300 millions de francs que le trésor public a déjà déboursé.

Pas confiante de la qualité d’eau produite, l’ASSACOM demande au président de la République de confier l’exécution des travaux au Service national de ressources l’hydrauliques, SNRH, qui doit d’abord analyser cette eau destinée à la consommation, avant de poursuivre les travaux.