Retenus en otage par les rebelles Maï Maï Malaïka dans la région de Salamabila au Maniema, deux congolais et un sujet Zimbabween travaillant pour la société Namoya Mining, filiale de la minière Canadienne Banro ont été libérés mardi dernier ont informé à POLITICO.CD, les sources de l’armée Congolaise dans la province du Sud-Kivu.

Deux Congolais et un Zimbabwéen qui étaient parmi les quatre employés de la société Namoya Mining, filiale de la minière Canadienne Banro, otages de rebelles Maï Maï Malaïka du Scheik Assani ont été libérés hier matin pour les Congolais et le soir pour le Zimbabween à Salamabila dans la province du Maniema” a dit à POLITICO.CD, le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole du secteur opérationnel Sokola2 sud.

Cette libération intervient après plusieurs jours de négociations. Malheureusement, les rebelles n’ont pas libérés le sujet Sud-africain, mais les négociations se poursuivent pour obtenir également sa libération” poursuit l’officier militaire.

Pour le moment, il est difficile de se prononcer sur les circonstances et les conditions de libération de ces otages car les négociations se poursuivent pour la libération de l’autre personne encore en captivité” s’est justifié l’officier des Forces armées de la République Démocratique du CONGO sur la question de savoir si une rançon ou un échange de prisonniers a eu lieu afin de faciliter cette libération.

Les personnes libérées ont été remises aux autorités administratives dont le gouverneur de la province du Maniema et une délégation venue de Kinshasa, qui a indiqué que ces travailleurs seront remis à la société Banro pour leur prise en charge” renchérit la source militaire.

Joint au téléphone par POLITICO.CD, Basile Olongo, ministre de l’intérieur et sécurité a confirmé la libération de ces travailleurs miniers sans en donner également d’autres précisions.

Je confirme que ces agents ont été libérés, mais pour l’instant je ne dispose pas de tous les détails. Je pourrai m’exprimer avec assez des détails dans une heure sur cette libération” a déclaré à POLITICO.CD, Basile Olongo, ministre Congolais de l’intérieur et sécurité.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *