Après un service minimum observé pendant près d’une semaine à l’hôpital général de référence de Makiso-Kisangani , les infirmiers et d’autres personnels médicaux et administratifs viennent enfin de passer à la vitesse superieure pour une greve sèche et illimitée ce lundi 12 août 2019.

Sur place, Toutes les portes d’entrées régulières et même des urgences sont fermées depuis tôt l’avant-midi de ce même lundi laissant ainsi les malades à leurs tristes sorts.

Ces prestateurs de santé ne jurent que par la démission sans aucun délai du médecin-chef de cette institution médicale le Dr Bafoa. Le médecin directeur est inculpé par ses compères médicaux d’une gestion chaotique de cet hôpital et de la maltraitance de ses personnels.

“Nous avons constaté qu’aucune autorité ni de santé ni administrative ne s’est impliqué dans ce dossier pour trouver des solutions cohérentes. Ils restent silencieux , voilà une raison de passer à une grève sèche et illimitée.” a indiqué un infirmier gréviste à Politico.cd

Plusieurs affiches sont placardées de part et d’autres sur les murs de l’hôpital où on peut lire :

“Ni les syndicalistes ni les personnels ne sont manipulés , nous disons tous stop aux antivaleurs.”

“L’HGR Makiso-Kisangani sacrifié par les autorités étatiques.”

Il sied de noter que pour sa part le médecin directeur avait rejetté la semaine dernière toutes ces accusations les qualifiants de pures manipulations. Dr Bafoa indiquait qu’une réunion entre le médecin chef de division de la santé et les syndicalistes était déjà faite.

Rappelons que les infirmiers , les syndicalistes et d’autres personnels de l’HGR Makiso-Kisangani ont déclenché un mouvement de grève depuis lundi 05 août en priori des services minimums.

Serge Sindani | POLITICO.CD