.

En prévision de la formation imminente du tout premier gouvernement Sylvestre Ilunga sous l’air de l’alternance, la société civile forces vives de la Tshopo appellent le premier ministre et le chef de l’État à tenir compte de la province de la Tshopo qui souvent est ignorée dans les institutions de l’État.

Dans une déclaration rendue public à travers la presse ce samedi 10 août et réservée à POLITICO.CD , cette structure citoyenne plaide pour qu’un quota d’au-moins 3 membres du nouveau gouvernement soit confié à la Tshopo , fief naturel du FCC-CACH.

“Considérant le sens très élevé du patriotisme de leurs excellences autorités morales du FCC et du CACH, étant donné qu’aucun leader politique de la Tshopo ne se retrouve ni au bureau de l’Assemblée nationale ni dans celui du sénat , nous sollicitons un quota d’au-moins trois (3) membres du gouvernement.” lit-on dans la déclaration.

Par ailleurs , les membres du bureau de la coordination provinciale de la société civile forces vives de la Tshopo ont salué la mise en place des bureaux définitifs de deux chambres du parlement ainsi que les conclusions des négociations entre les deux plateformes FCC et CACH qui ont aboutie à la détermination du nombre des membres du gouvernement.

Ces doléances des forces vives de la Tshopo adressées aux autorités morales du front commun pour le congo et du cap pour le changement ont été formulées en symbiose avec toutes les couches sociales de cette province qui s’attendent à l’écoute particulière de ces deux plateformes au pouvoir.

Rappelons que les consultations amorcées par le premier ministre ont pris presque fin , l’heure serait à l’attente de la fumée blanche.

Serge Sindani | POLITICO.CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *