Le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson séjourne en ville de Beni depuis ce jeudi 8 aout pour s’enquérir de la question de la persistante de la maladie à Virus Ebola dans la province du Nord Kivu et en Ituri.

Accompagné du professeur Muyembe Tumfum secrétaire général du comité multisectoriel de la lutte contre Ebola, le cardinal Peter de la nationalité Ghanéenne, qui dirige un bureau qui s’occupe des questions sociales dans le Vatican, a été envoyé par le saint siège pour transmettre la solidarité du Pape François aux populations du Nord-Kivu et de l’Ituri perturbées par la persistance de la maladie à Virus Ebola.

Cet homme de Dieu qui a déjà été au Sierra Leone, au Liberia et en Guinée lors des derniers événements d’Ebola qui avaient secoués l’Afrique de l’Ouest pour apporter le soutien du saint Pere et son assistance.

Nous sommes ici parce je dirige un bureau qui s’occupe des questions sociales au Vatican. J’étais au Sierra Leone, à Monrovia(Liberia) et même en Guinée lors des derniers événements d’Ebola en Afrique de l’Ouest. L’objectif est d’apporter le soutien, la solidarité du saint Père et de vous assurer de sa présence par ses prières. Mais aussi vous assurer de sa petite assistance qu’il a transmise à travers la nonciature de Kinshasa“, a déclaré le Carnidal Peter devant la presse à Beni.

Des sa part le professeur Muyembe Jean Jacques a rappelé le programme du secrétariat multisectoriel notamment avoir des actions des qualités basées sur les équipes locales autour de la surveillance. Le docteur Muyembe a aussi insisté sur son envie de vouloir finir au plus vite la maladie de Ebola qu’il n’avait
jamais considéré comme un business ni une carrière.

Avoir des actions de qualité basées sur les équipes locales, c’est à dire les enfants de ces provinces vont mener les actions de vaccination et de surveillances” a-t-il lancé

Nous ne sommes pas venus pour faire de Ebola un business. Nous ne voulons pas que les gens deviennent riches parce qu’ils sont au service de la riposte. Ebola c’est pas une carrière, c’est une maladie que nous devons la vaincre le plus vite possible” a poursuivi le professeur Jean Jacques Muyembe.

Merveilles Kiro/Politico.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *