L’ancien ministre de la communication et médias a foulé une nouvelle fois le sol de la province du Sankuru ce jeudi premier août, depuis sa défaite à l’élection du gouverneur de cette province, face au jeune indépendant Stéphane Mukumadi.

Il a perdu l’élection mais Mende semble ne pas avoir perdu son fief de Lodja. Accueilli par une foule qui l’a obligé de faire le pied sur une trajet de 12 Km, pendant près de 5 heures. Profitant de ses vacances parlementaires, le président national de la Convention des Congolais Unis, CCU, est venu calmer les tensions poste électorales : “On ne peut pas brûler notre province à cause des élections“, a-t-il lancé à ses partisans.

Pour lui, “ l’intérêt supérieur de la province du Sankuru ne doit, sous aucun prétexte, être sacrifié sur l’autel des ambitions politiciennes, petites bourgeoises“. Par cette occasion, il a condamné l’assassinat du Chef coutumier de Katako-Kombe, Moïse Wamu, intervenu dans ce cafouillage électoral.

Parlant du présent, Lambert Mende a affirmé à son électoral que “je suis venu vous dire merci pour la confiance que vous avez manifestée à mon auguste personne, en prouvant cela aux urnes et j’ai été parmi les meilleurs élus de la République (cinquième meilleur élu avec 55 mille 658 voix“.

Après plusieurs tractations juridiques pour une candidature unique, le 20 juillet, c’un des ténors du régime Kabila est tombé à l’élection du gouverneur et du vice-gouverneur du Sankuru, face à “l’illustre inconnu” Stéphane Mukumadi qui l’a battu 17 voix contre 8, dans une assemblée provinciale où sa famille politique le FCC détient pourtant la majorité des députés : 22 sur 28. Il a promis de ne pas introduire de recours et d’aller siéger à l’Assemblée nationale. D’où ce moment de retrouvailles avec son électorat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *